Publié par : Ann & Stéphane | 8 mai 2018

16 au 30.04.2018 – Arrière-saison à la baie « Sainte Anne ».

Lundi  16.

Alors qu’il faisait si beau hier, aujourd’hui, une brume tenace et menaçante couvre tout le « Marin ». Pas réellement jojo comme météo d’autant que le vent souffle de manière soutenue.

Je ne suis pas encore familiarisé avec notre nouvel emplacement qui est situé en arrière de tout le monde alors que nous étions beaucoup plus en avant. Positif … je pense que personne ne viendra nous enquiquiner en cet endroit d’autant que le plan d’eau s’est encore considérablement clairsemé.

Nous étions invités à prendre l’apéro sur « El Nido » avec  Franki & Joss mais vers  16 heures, j’ai estimé que la météo tournait vinaigre et que nous allions nous faire méchamment doucher. Nous n’avons eu que le temps d’aller en annexe prévenir nos amis que nous ne viendrions pas, de retourner au bateau et de remonter l’annexe avant que le déluge ne s’abatte sur nous !

Nous avons carrément eu droit à notre premier orage dans les « Antilles » qui a causé de nombreux dégâts sur la côte est de l’île ! Le vent déjà bien soutenu, est encore monté d’un bon cran, rendant l’ambiance assez lugubre. Heureusement, vers 21 heures, le soufflé retombait et les conditions météo redevenaient plus « normales ».

Mardi  17.

Ann avait rendez-vous avec son esthéticienne, au « Marin » et j’en ai profité pour faire reprendre par « Incidences », une couture qui lâchait sur notre cover de barre à roue. Même si la saison n’est pas encore terminée, toute activité semble un peu en berne comme si nous étions déjà en « basse saison ». J’avais ressenti la même chose la saison précédente … après les vacances de Pâques, tout le monde déserte les lieux !

Bien que je sois ravi de savoir que notre mouillage repose sur un beau fond de sable exempt de tout corail, je ne m’habitue pas à notre nouvel emplacement ! J’ai le sentiment profondément ancré en moi que nous sommes plus exposés à la houle. J’essaie de me convaincre qu’au moins ici, on nous fout  la paix mais je n’en suis pas plus convaincu car nous avons déjà eu des voisins !!

Mercredi  18.

Depuis le début de la semaine, il fait nuageux à couvert et le vent est assez soutenu … quand le vent ne l’est pas, la houle s’engouffre dans la baie et les bateaux roulent  … et quand le vent est moyen, la houle vient frapper bruyamment la jupe arrière !! « I am happy » dirait Droupy.

En ces conditions, j’ai beaucoup hésité à aller plonger mais Ann en avait envie et je me suis finalement décidé. Bien évidemment, nous ne l’avons pas regretté que du contraire. Nous avons adoré cette plongée « bio » (-20m – 60’ – 27°) d’autant que nous avons revu nos gros tourteaux !!! Par contre, à la sortie de l’eau, nous avons eu un peu froid … une première.

Jeudi  19.

Le soleil est plus généreux aujourd’hui que les autres jours et cela fait du bien au moral.

Nous avons appris que nos batteries commandées auprès de Mastervolt (Nl) n’arriveraient que ce dimanche en lieu et place de ce vendredi car le cargo qui les transportait, a heurté un autre bateau à la sortie du « Havre » et avait un trou en-dessous de la ligne de flottaison … évidemment, il marchait moins bien après l’accident.

Nous sommes en plein débat pour la signature d’une nouvelle police d’assurance depuis que « Delta Lloyd » (Nl)  a décidé de ne plus assurer les bateaux d’une valeur supérieure à  500.000 €. Premier constat : alors que la valeur assurée de départ a été revue à la baisse, les primes proposées sont toutes largement supérieures à ce que nous avons payé jusqu’à présent !!!!  Selon un courtier, les primes ont littéralement explosé après le passage du cyclone Irma.

Second constat : notre courtier nous appâte avec  une prime en omettant de signaler les taxes à y inclure … et, dans le même tonneau, la compagnie d’assurances diminue la couverture d’assurance en cours de négociation : « Yacht & Co » (Nl)  nous a proposé une prime couvrant les cyclones … puis a décrété qu’elle ne couvrait pas les cyclones si nous allions chez « Peake » (Trinidad) … et enfin, dans le projet de police que nous avons finalement reçu, elle ne couvre pas plus simplement, les dégâts causés directement ou indirectement par un cyclone !!!!

Le soir, nous avons eu droit à une coupure générale de courant ! Immédiatement, nous avons regardé chez le voisin et comme il n’y avait aucune lumière, nous en avons conclu qu’il s’agissait d’une panne de secteur … no panique. Heureusement, très rapidement, le courant est revenu.

Vendredi  20.

Journée à grains mais nous avons malgré tout, trouvé un créneau pour aller et revenir du « Marin » sans se faire rincer. Le mouillage étant des plus calme, ces petites sorties constituent autant de petites distractions fort appréciées.

Nouvelle « grande première » (c’est l’année !) … à peine démarré, le GE s’éteint (cela arrive). Je vérifie l’arrivée d’eau de mer et constate que le débit n’est pas normal (cela arrive). Je démonte la vanne mais ce n’est qu’en sortant la bille en plastique de son logement que la touffe d’herbe bloquée  s’évacue avec l’eau de mer qui envahit nos fonds !

Le débit d’eau étant trop important, je ne parviens pas à remettre la bille en plastique dans son logement et l’eau continue d’envahir nos fonds … en clair, nous avons une voie d’eau et nous couloooooooooooons !

Ne voyant pas d’autre solution, je demande à Ann d’aller placer une pinoche de l’autre côté de la vanne c’est-à-dire sous l’eau (une grande première). Mon épouse est contente mais contente, vous n’imaginez pas. D’ailleurs, elle n’est pas « contente » … elle est « h-eu-r-e-u-s-e »!

Après un premier essai un peu chaotique, en apnée, elle me demande une bouteille. Je lui demande si elle préfère la bouteille d’eau pétillante ou d’eau plate mais ne semble pas apprécier mon humour !

Une fois  la pinoche en place, je parviens après quelques tâtonnements (!), à remonter la vanne et à tout rebrancher. Merde, j’ai oublié de dire à Ann qu’elle pouvait retirer la pinoche et remonter à bord …qu’est-ce que je fais ? Je lui dis ou pas ?

Samedi  21.

Passage à bord de Frédéric de « Electrotechnique services » (je vous le recommande très vivement) pour notre problème électrique. Je le dirige immédiatement vers nos coupe-batteries électroniques qui depuis la construction du bateau, sont toujours les grands responsables de nos coupures généralisées de courant ou de baisse de voltage !!!

Cela fait depuis près de huit ans que ces coupe-batteries me font périodiquement chier sans que jamais je n’ai eu le bon sens de me renseigner sur leur utilité ! En fait, j’ai appris que leur fonction était de couper l’arrivée de courant en provenance des batteries en cas de court-circuit. Utile.

Après examen, il diagnostique qu’un des coupe-batterie électronique est défectueux, que deux câbles doivent être remplacés suite à surchauffe et que d’une manière générale, de nombreux écrous sont desserrés ce qui pourrait expliquer la surchauffe relevée. Au passage, les broches des fusibles sont nettoyées à la brosse métallique.

Dimanche 22.

Je n’en crois pas mes yeux mais le plan d’eau est calme et le bateau ne roule pas !!!!! C’est Noël … non, c’est Pâques … Evidemment comme on ne peut pas tout avoir en même temps, il fait cra-cra à souhait : brume, crachin, pluie et ciel couvert.

Nous sommes invités pour midi sur « Laurence » où nous sommes super bien accueillis par Yvette & Didier.  Nous avons reparlé du « bon temps » passé à « Breskens » (Nl) et nous avons bien ri de nos pitreries de l’époque … aaaaaaaaaaaaaah, de vrais gamins !

En revenant à bord, nous constatons la présence d’un nouveau « radeau de la méduse » italien qui n’a rien trouvé de mieux que de venir jeter son ancre en parallèle à nous ! Si on ne peut rien dire car l’écart entre les bateaux est raisonnable, pourquoi diable avait-il besoin de venir se coller à nous alors que nous avons ancré en retrait de tout le monde … pour avoir la paix !

Lundi  23.

Ciel nuageux à couvert, vent soutenu, plan d’eau agité … notre météo depuis plus d’une semaine ! Par bonheur, en fin d’après-midi, nous avons souvent droit à une accalmie. Une heureuse nouvelle dans toute cette grisaille … le « radeau de la méduse »  italien est parti.

En ces conditions, nous avons opté pour le farniente et la lecture. Rendons à César ce qui appartient à César … Ann n’a pas que farniente, elle a aussi géré par téléphone, divers petits problèmes et a nettoyé  l‘intérieur du bateau.

Mardi  24.

Le temps idéal : plan d’eau calme, vent faible, le bateau qui ne roule pas … manquait seulement le soleil mais cela fait tellement de bien de ne pas avoir à subir les assauts du vent ! La présence d’un vent bien soutenu est une des caractéristiques des « Antilles » … en manière telle qu’il est assez rare de naviguer sans prendre des ris dans la GV !!

Après un passage par le « Marin », nous sommes allés plonger au « Boucanier » (-30 m – 61’ – 27° – 3’ à 3 m). J’avais proposé d’aller plonger au « Grand Mur » mais Ann avait peur que l’eau ne soit trouble et à vrai dire, la visibilité était déjà assez mauvaise au « Boucanier » c’est-à-dire 4 à 5 mètres ! Très belle plongée même si  je n’y ai pas trouvé tout mon plaisir habituel … sans réel motif !

Mercredi  25.

Comme nous avions mis l’annexe à l’eau, la veille, nous avons préféré rester tranquillement à bord. La météo n’était déjà plus la même que hier et la matinée fut même assez pluvieuse. L’après-midi fut par contre, très engageant.

Nous les attirons comme des aimants, ce n’est pas possible. Nous sommes encerclés sur l’avant et sur l’arrière, par des voisins ! Difficile de dire quelque chose dès lors qu’ils sont arrivés alors que nous étions encore dans notre lit (!) et que les distances de sécurité ont été respectées mais enfin pourquoi toujours vouloir nous coller. Serions devenus le « centre du mouillage » ?

Après avoir regardé un reportage sur les méfaits de la sédentarité sur le physique, je me suis senti subitement attiré par une petite natation qui m’a entraîné assez loin du bateau. Si seulement, j’avais le courage de faire cela tous les jours mais cela ne sera pas demain la veille si j’en crois mes dernières inclinations !

Jeudi  26.

Si j’en crois justement mes dernières inclinations, c’est le « farniente » qui a la cote ces derniers temps. De toute manière c’est cela ou … « arbeid , arbeid ». Nous avons donc cultivé ce principe de vie si cher à mon cœur. Il est bien connu que quand on a atteint un certain âge, c’est avant tout le cœur qu’il faut préserver.

Vendredi  27.

C’était notre journée des « B.A. » ! Cela a d’abord commencé en nous dirigeant vers le « Marin » !!

Si  je suis toujours très concentré sur ma conduite en sorte que je ne fais jamais attention aux personnes qui sont sur les bateaux que nous dépassons, Ann aime jouer à la star et fait signe bonjour à tout le monde … et bien entendu, cela nous a valu de nous faire héler par le skipper d’un catamaran de location qui avait perdu sa gaffe.

Bon … quand nous avons appris qu’il s’agissait de Bruxellois comme nous et que de surcroît, Ann avait lu leur blog (parce qu’ils tiennent un blog !), nous avons mis du cœur à l’ouvrage pour retrouver le précieux objet qui flottait la tête en l’air … entre les bateaux au mouillage !

Après toutes nos petites courses, nous sommes rentrés à bord et alors que nous farnientions dans le cockpit, Ann me demande si comme elle, j’ai l’impression que le « radeau de la méduse » (un très ancien modèle) qui nous gâche la vue sur l’arrière, est en train de couler !

Même si je n’y avais pas fait attention jusque là, à la réflexion, il me semblait bien qu’il piquait du nez. Que faire ?

Prévenir le propriétaire du bateau ! Excellente idée encore que difficile à réaliser car nous n’avons jamais vu personne sur cette méduse … non, sur ce radeau.

Prévenir l’assureur du bateau !  Peu probable que ce type de radeau soit assuré.

Prévenir le « Cross » ! Réflexe de bon sens mais la dernière fois que nous les avons appelés pour leur signaler qu’un voilier dérapait sur notre bateau, leur réaction fut très, très décevante puisqu’en fin de compte ils se contentèrent « d’en prendre acte » …

Solliciter un autre avis ! Nous avons effectivement demandé à notre plus proche voisin ce qu’il en pensait et à vrai dire … il n’en pensait rien mais, à la réflexion, nous avions peut-être raison.

Par malheur pour eux, le bateau de la douane avait jeté son ancre à quelques encablures de là !! Nous y avons donc fait un saut en annexe tandis que trois douaniers bavassaient sur le pont avant. Alors que je pensais recevoir un accueil mitigé, nous avons reçu un accueil … mitigé.

Le plus âgé des trois se campa immédiatement derrière la position du fonctionnaire qui ne peut rien faire (!!) tandis que son collègue plus jeune nous rassura en affirmant qu’ils avaient le bateau à l’œil … je suppose qu’ils attendaient qu’il n’y ait plus que le mât qui ressorte de l’eau pour être certains qu’il coulait.

Toujours est-il qu’une dizaine de minutes plus tard, la douane était à notre bord et procédait à une fouille complète de notre bateau !!! Mort aux vaches.

Il ne faut pas toujours croire tout ce que je raconte … non, une dizaine de minutes plus tard, ils étaient trois à monter sur le « radeau de la méduse » et après une inspection qui nous a paru interminable, le bateau de la douane est venu s’ancrer juste derrière nous !!! Bonjour, l’intimité. J’ai bien demandé à Ann de leur dire d’aller jeter l’ancre un peu plus loin mais elle n’a pas osé.

Une pompe passa alors d’un bord à l’autre bord et nous avons eu le plaisir de constater qu’après deux bonnes heures de pompage, le « radeau de la méduse » reprenait des couleurs. C’est le presse-étoupe qui  fuitait … et a continué de fuiter par la suite !.

Après tous ces efforts, le bateau des douanes a mis les voiles à toute vapeur vers des horizons plus enchanteurs …

Samedi  28.

Ce matin, nous avons été tirés du lit par « Tahaa Tiva » qui est arrivé de nuit, en provenance de « Jacaré » (Brésil). Nous avons rencontrés Christian & Martine au « Tonga » (Pacifique) et nous avons parcouru ensemble «  l’Indonésie », en le cadre du rallye « Sail Indonesia ». Si après, nos routes ne se sont plus croisées, nous sommes toujours restés en contact. Il s’agit d’un des cadeaux merveilleux de faire un tour du monde : on rencontre énormément de personnes intéressantes voire attachantes.

Comme ils avaient un problème de frigo, nous leur avons renseigné Olivier qui est venu les dépanner dans la matinée ! La panne n’était pas grave … il s’agissait seulement d’une résistance qui avait sauté. Le thermostat dû également être changé par la suite parce que le compresseur ne s’arrêtait plus.

Nous avons partagé très agréablement la fin de matinée avec eux. Au débarcadère de « Sainte Anne », nous leur avons présenté Erwin & Larissa de « Axsika »  (le remplaçant de « Larwin » coulé au large du « Belize » en début d’année).

Comme je le pensais, c’est une vie sociale un peu plus étoffée qui nous a manqué cette saison même si nous avons pu compter sur pas mal de copains malgré tout. Malheureusement, c’est toujours de parfaits  étrangers qui veulent faire copain-copain avec nous en mouillant l’ancre très près de notre bateau …

A l’apéro, nous avions le bonheur d’accueillir Christian & Martine de « Tahaa Tiva » qui nous ont beaucoup amusé en racontant qu’ils avaient un sérieux problème avec leur WC Jabsco : le tuyau étant bouché, Christian a forcé sur la pompe à main et après quelques efforts, il fut heureux de constater que le bouchon avait pu être évacué … sauf que, et il ne le savait pas, il n’avait réussi qu’à démancher le tuyau bouché ! Je vous laisse imaginer la suite … il leur a fallu près de deux jours pour en venir à bout du nettoyage des fonds de leur bateau.

Dimanche 29.

Nous étions en train de petit déjeuner tranquillement lorsqu’un bateau de pêche du « Marin » rase notre bateau à vive allure pour stopper quelques encablures plus loin ! C’est son changement de régime de moteur qui a alerté Ann qui s’est relevée pour voir ce qui se passait. Le pêcheur était en train de couper au couteau, le filin qui relie notre orin (petite bouée ronde et rouge)  à l’ancre avec l’intention manifeste de nous le voler !!! Difficile de faire croire qu’il ignorait qu’il s’agissait d’un orin alors que le nom du bateau est inscrit sur la bouée …

Sur base du principe « qui vole un œuf, vole un bœuf », nous aurions dû déposer plainte mais nous avions récupéré notre orin et son contrepoids et nous n’avions pas plus envie de nous mettre tous les locaux à dos.

Lundi  30.

Cela fait depuis quelques mois que j’avais remarqué que mon matelas s’affaissait en son centre. Dans un premier temps, nous avions pensé en changer mais comme il ne s’agit pas (of course) d’un modèle standard, l’opération s’est vite révélée, en « Martinique »,  extrêmement complexe et onéreuse !

Par la suite, nous avons compris que c’était, en fait, notre latoflex qui avait besoin d’être remplacé : certaines lattes de convexes étant devenues concaves ! En appelant ce matin, le fabricant  « Bedflex », il nous été donné d’apprendre qu’il fallait tout simplement  retourner (jamais fait) les lattes tous les deux à trois ans … ce que nous nous sommes empressés de réaliser. J’attends ce soir avec impatience pour connaître le nombre d’heures de sommeil que je vais gagner …

Le succès nous mine !! Tous nos fans veulent obtenir un autographe ! C’est du moins ce que je traduis de cet engouement incroyable à vouloir jeter la pioche tout autour de notre bateau alors qu’il y a tant de meilleures places de mouillage …

Nous avons eu un bref entretien avec le propriétaire du « radeau de la méduse » en train de couler il y a quelques jours. En finale, nous avons été soulagés qu’il ne nous engueule pas d’avoir éviter à son radeau de reposer par le fond …je dis cela parce que nous ne l’avons pas entendu nous dire le plus petit « merci ». Il semblerait être un copain de « radeau de la méduse 1 » … doivent sans doute tous être membres d’une Confrérie quelconque de la méduse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :