Publié par : Ann & Stéphane | 6 mars 2017

16 au 28.02.2017 – Baie Sainte-Anne (Martinique): on s’incruste !

Jeudi  16.

En allant faire des courses d’avitaillement au « Marin », nous sommes tombés sur « Escapade » (37.50 m) dont nous avions fait la connaissance en Indonésie : l’ingénieur du bord nous avait tirés d’un très mauvais pas avec notre switch électronique récalcitrant. Par bonheur, Christophe (le propriétaire suisse) était à bord et si nous n’avions pas eu le soir, des invités à dîner, nous aurions pris l’apéro à son bord.

Impressionnante malgré tout la barquette …

En fait, nous avions à dîner Aline & Louis de « Lady Mi » tout excités à l’idée que leur voilier avait sans doute trouvé acquéreur (espoir finalement déçu). Soirée super sympa comme toujours … nous les avons connus par le biais de notre club de plongée.

Vendredi  17.

A l’heure du midi soit à peu près à l’heure à laquelle nous nous réveillons habituellement … Marcus de « Pinocchio » nous amenait son fils aîné, Raphaël, pour son second baptême de plongée (-5.40 m – 32’). Pas d’exposé théorique avant la plongée cette fois, nous nous sommes équipés et … plouf.

J’ai plongé avec un tout autre garçon : tout-à-fait détendu, respiration parfaitement normale et une peu plus démonstratif à la sortie que la première fois. Manifestement, le premier baptême avait atteint tous ses objectifs en sorte que la prochaine fois, nous irons plonger sur un « vrai » spot de plongée.

Le soir, à diner, nous avions à bord, Christophe de « Escapade ». Lili, son épouse, est actuellement en Europe pour leurs enfants. Toujours extrêmement intéressant de bavarder avec le propriétaire d’un méga yacht : nos expériences sont assez proches tout étant très lointaines … nous ne jouons pas, bien entendu, sur le même terrain de jeu.

Samedi  18.

Lendemain de veille, nous avons opté résolument pour le farniente.

Dimanche 19.

Lassés de farniente comme des bienheureux, nous avons été plonger (-21 m. – 52’) à notre spot habituel que nous avons baptisé « Club Med » car le bateau dudit club y amène tous les jours, ses GM.

En principe, Aline de « Lady Mi » aurait dû nous accompagner mais nous ne sommes pas parvenus à lui rappeler, en temps utiles,  notre petite plongée en sorte que c’est « en amoureux » que nous y sommes allés. Plongée très, très cool où nous n’avons forcé sur rien … sauf sur le plaisir de s’en mettre plein la vue.

En un autre registre, il semblerait que nous servions de point de ralliement aux catamarans de passage car nous sommes littéralement ceinturés de caisses à savon … et pourtant la place ne manque pas !

Lundi 20.

Comme chaque lundi, c’est le grand exode … dès demain, ils commenceront à revenir ! Ce ne sera, en principe, pas le cas de notre copain « Escapade » qui est parti pour « Saint Martin » sans pouvoir prendre du diesel  … il s’est envasé par trois fois à hauteur du ponton fuel où il y a -3.5 m. ! Décidément, tout n’est pas toujours rose pour les propriétaires de ces grosses bêbêtes.

Pour notre part, en compagnie de Michel et Maël de « Obione », nous avons réalisé nos petites courses et découvert  qu’au magasin de pêche, « Akwaba », on vendait des bouées de signalisation pour snorkeleur  (une quinzaine de modèles différents !!) ainsi que des articles pour la plongée sous-marine ce que j’ignorais souverainement. Notre magasin de plongée « habituel » ne peut être atteint lui, qu’en voiture …

Je me suis donc équipé d’une bouée de signalisation « torpedo » avec membrane extérieure, six poignées et fanion en tissu (perdu très rapidement)… j’ai hésité à prendre la  « torpedo » avec hélice mais le vendeur m’a dit que le sous-marin n’était livré qu’en option. !

Sur le retour, nous avons été dire bonjour à « Larwin » de Larissa & Erwin, dont Ann avait suivi le blog : nous avons fait brièvement connaissance en l’attente de les revoir autour d’un verre.

Amusant comment vont les choses … ce soir, il n’y a pas de vent et du même coup, le plan d’eau est un miroir, tous les bateaux roulent avec la proue pointée vers « Sainte Anne » et notre connexion télévisée s’interrompt toutes les cinq minutes ! Grrrrrrrrrrrr.

Est-ce cette frustration de télévision ou autre chose qui me donne l’envie de nous remettre en mouvement … avec l’idée de revenir au plus vite pour apprécier à nouveau, la magie de l’endroit ! Cela fait depuis quelques jours que mine de rien j’aspire petit à petit à nous remettre en mouvement : on se lasse de tout … même du paradis !

L’idée de partir est une chose … la réaliser est un peu plus problématique car nous sommes bloqués par notre bimini/capote en attente de la livraison de cuir pour les renforts, du tissu pour le recouvrement des coussins du cockpit et d’un nouveau routeur.

Mardi 21.

En nous réveillant, nous constatons que la proue du bateau pointe vers le large … ce qui est tout-à-fait inhabituel : l’entrée de la houle dans la baie en est la première conséquence.

Assez subitement sur le coup de midi, le vent forcit et la météo se dégrade de plus en plus pour en arriver à un méchant coup de vent qui secoue sérieusement les bateaux : la presse locale fera état de quatre bateaux échoués sur toute l’île mais pas dans notre baie!

En début de soirée toutefois, le vent tournera encore de 90° pour s’affaiblir totalement, laissant une houle de fond faire rouler méchamment les bateaux toute la nuit. Incroyable le nombre de bateaux qui, en pleine nuit, n’ont pas hésité à changer de mouillage … sans oublier quelques arrivées incongrues : à toute heure, on voyait des ombres se faufiler entre les bateaux au mouillage !

En cours d’après-midi, nous avons été contraints de demander à « Maggie » (voilier canadien de Toronto) de relâcher de la chaîne pour augmenter la distance entre nos deux bateaux : dès le départ, « Maggie » s ‘est  ancré beaucoup trop près de nous mais le problème s’est aggravé depuis que tous les bateaux tirent maintenant en le sens inverse de la chaîne. Avec lenteur mais courtoisie, il s’est exécuté.

Plus tard dans l’après-midi et alors que la tempête faisait rage, « Chadani » (Océanis 42 CC Clipper québecquois)  ne trouve rien de plus intelligent que de mouiller son ancre juste devant « S.A.S.³ » nous prenant littéralement en sandwich !!! Le résultat ne s’est pas fait attendre : nous avons passé une nuit blanche dans le cockpit à nous assurer que notre voilier ne cognait pas un de nos voisins car à défaut de vent, les bateaux tournaient dans tous les sens.

Mercredi 22.

Un petit vent d’Ouest est réapparu en sorte que toutes les étraves pointent ensemble vers le large : la houle est donc plus supportable. Comme la météo prévoit une bascule de vent et le rétablissement des conditions habituelles pour 23 heures, nous avons à faire à deux problèmes : primo, « Maggie » devra reprendre la chaîne relâchée dès que la bascule se sera opérée, faute de quoi nous allons nous prendre son tableau arrière sur le nez et secundo, dans le même temps, « Chadani » va devoir relâcher de la chaîne pour éviter de se prendre notre cul sur le nez. Pas très compliqué mais à 23 heures, nous risquons de ne plus voir personne sur le pont …

Profitant de ce que l’équipage de « Chadani » revenait à son bord, nous les avons hélés pour leur faire part de la situation.  Un quart d’heure plus tard, « Chadani » optait intelligemment pour changer de mouillage. Tout aurait été parfait si le skipper de « Chadani » n’avait  estimé nécessaire de venir nous faire part, en annexe, de ses récriminations !!

Son maître-mot, répété à l’envi, était que nous étions « trop sécure » car selon lui, nous n’aurions dû mettre que 25 mètres de chaîne (5 fois la hauteur d’eau) au lieu de nos 50 mètres en sorte que tous les bateaux pouvaient ainsi se serrer comme des sardines !!!! Nous avons également compris qu’il nous faisait grief d’être à une « bonne place » et que des bateaux comme le nôtre n’avait qu’à jeter l’ancre loin de tout le monde … Jusqu’à présent, nous avons toujours eu beaucoup de sympathie pour les Québecquois mais celui-là aurait tendance à nous faire revoir notre copie.

Nous avons enregistré une réaction totalement différente de la part de  « Maggi e » de « Toronto » qui comprenait d’autant mieux notre situation qu’il nous annonçait changer de mouillage dès le lendemain : impossible de lever l’ancre immédiatement faute de savoir où elle se trouvait et alors que la houle était encore bien présente !

Par bonheur, en début de soirée, le vent tournait plein Nord (« Maggie » en profitera pour reprendre son excédent de chaîne) avant de tourner plein Est vers 21 heures : le calme revenait – enfin – sur le mouillage.

Vous aurez sans doute quelques difficultés à comprendre mon état d’esprit mais je n’ai pas arrêté de stresser durant près de 48 heures en raison de la trop grande proximité de nos deux voisins canadiens !!! Il me faudra d’ailleurs, une bonne journée pour retrouver ma quiétude habituelle.

Seconde conséquence de ce mini traumatisme, est que j’en arrive sérieusement à me demander si nous n’irions pas nous ancrer, à nouveau, à l’autre extrémité du mouillage qui couvre certainement une centaine d’hectares tant la baie « Sainte Anne » a la particularité de concentrer le plus grand nombre de « connards » que j’ai jamais rencontrés ! Notez que quand j’entends que « Pinocchio » pourtant mouillé derrière tout le monde, a été contraint de changer de mouillage parce qu’un Sud Africain était venu mouiller trop près de lui, on peut raisonnablement se poser des questions sur l’intelligence humaine.

Jeudi 23.

Avant même de prendre notre petit déjeuner, nous avons mis l’annexe à l’eau pour nettoyer notre coque : avec le fort roulis que nous avons connu, les vagues sont montées jusqu’à la moitié du franc-bord (!) en laissant une très déplaisante marque blanche, de son passage : du jamais vu !

Après toutes les péripéties des deux derniers jours, j’ai bien essayé de voir comment notre chaîne s’établissait sur le fond mais de la surface, il m’a été impossible d’y voir clair tant l’eau était encore un peu trouble à cause de la forte houle que nous avons subie.

Si l’étau s’était relâché autour de « S.A.S.³ » avec le départ de « Chadani » parti faire chier d’autres plaisanciers et le déplacement, en limite de mouillage, de « Maggie », il était à prévoir que d’autres emmerdeurs allaient jeter l’ancre trop près de notre tableau arrière … aussi, pour éviter de nouveaux problèmes, j’ai mis le moteur en marche arrière pour étirer au maximum notre chaîne d’ancre !

Dans le courant d’après-midi, nous avions la visite de Michel et de Maël de « Obione » qui avait rallié le mouillage, le matin même. Ils étaient jusque là la marina du « Marin ».

Vendredi  24.

J’avais promis à Raphaël de « Pinocchio », un troisième baptême de plongée sur un « vrai » spot de plongée pour mardi de cette semaine … mais devant les conditions météorologiques détestables que nous avons connues, je n’avais pas eu ma tête à cela. Evidemment, Raphaël n’avait pas oublié et chaque jour, j’ai eu droit à sa petite visite.

« Chose promise … chose due », nous avons été plonger (-7.40 m – 33’) sur le « Garden » qui réunissait toutes les conditions pour ce baptême. Loin du mouillage, bascule arrière et un environnement nettement plus riche provoquèrent un stress bien compréhensible chez mon très jeune apprenti.  Marcus et deux de ses autres enfants, nous regardaient de la surface tandis qu’Ann assurait la garde des deux annexes.

Le soir, alors que nous regardions « Money Drop » à la télévision, le GE s’arrête brutalement !!! Ann comprend tout de suite que l’arrivée d’eau de refroidissement est bouchée : bravo chachatte ! Je démonte la vanne pour trouver bloqué à l’intérieur  … un petit poisson tout frétillant ! De premier abord,  je me suis demandé comme vous très certainement, pourquoi le chantier n’avait pas placé une grille à l’entrée de la vanne  … parce qu’il est plus aisé de démonter une vanne de l’intérieur que d’avoir à plonger à chaque fois, sous la coque. Voilà la réponse.

 Samedi 25.

« Toc, toc, toc » … « entrez » répondis-je machinalement !  Mais suis-je bête … c’est dehors qu’il y a quelqu’un qui frappe à la coque ! « Ouais, on arriiiiiiiiiiiiive … » « Où ai-je donc mis mon pantalon ?… Tu ne vas quand même pas y aller toute nue ! … Ok cela ne cache pas beaucoup mais si tu ne sors pas du cockpit, cela ira …Dépêche toi,  il va croire qu’il n’y a personne … On arriiiiiiiiiiive … Mais quelle agréable surprise … »

Et effectivement, heureuse surprise puisqu’il s’agissait d’André, actuellement skipper pro sur « Karibu » (Oyster 885), dont nous avions fait la connaissance à « Bora-Bora » lorsqu’il naviguait comme second, sur « Early Purple ». Avec un peu de chance, nous aurons l’occasion de l’avoir à l’apéro.

Journée d’avitaillement au « Marin » : nous mettons depuis peu, en pratique, le recours à la navette du « Carrefour » qui nous prend au « Carrefour Express » situé juste en-dessous de la Capitainerie et nous y ramène ensuite … les bras chargés de victuailles.

Le soir, nous avions Michel et Maël de « Obione » à dîner. Très sympathique soirée.

Dimanche 26.

Comme nous avions appris par le biais de Michel, qu’un carnaval était organisé au « Marin », nous avons décidé de nous y rendre tous ensemble. Annoncé pour  15 heures … à 16.30 heures, il était annoncé qu’un des camions était tombé en panne  et qu’il fallait être encore un peu patient !

Cela faisait depuis deux heures que nous poirotions, peu de monde semblait s’être déplacé, tous les magasins étaient fermés et les rues étaient désertes ! Décidés à ne plus attendre, nous sommes repartis pour la baie « Sainte Anne » … où le carnaval semblait  s’être arrêté ! Si nous n’avions pas pris sur le nez, un chapelet de petits grains, nous serions peut-être allés voir ce qu’il en était.

Le plateau est gigantesque mais bien entendu il a fallu qu’un catamaran australien vienne jeter l’ancre juste devant nous … si le mouillage était plus restreint, nous ne penserions même pas à râler mais face à une telle étendue ! Comble d’ironie, le catamaran est immatriculé à … « Bundaberg » où nous avons séjourné avec énormément de plaisir, durant de longs mois !

Le catamaran « Katamoana » est un « Lipari » de  Fountaine Pajot livré en juillet 2010 à « La Rochelle » et qui a traversé l’Atlantique, en novembre 2016. L’internet ne précise pas la couleur du slip porté ce dimanche par son skipper mais nous n’avons pas poussé nos recherches …

Lundi  27.

Si notre catamaran australien s’en est allé ce matin, en cours d’après-midi, un autre catamaran, cette fois français, venait ancrer devant nous … un peu beaucoup trop près, une fois de plus ! Il s’était d’abord ancré devant un autre bateau mais son skipper, plus prompt à la détente que moi, n’avait pas manqué de rouspéter et de le faire partir …

Journée fort venteuse que nous avons mise à profit pour faire un petit nettoyage d’intérieur : quelle barbe mais de temps en temps, bien nécessaire (soupir)..

A l’apéro, nous avions nos compatriotes, Larissa & Erwin de « Larwin ». L’occasion de faire connaissance et de partager un peu de notre expérience de circumnavigateur.

Mardi  28.

Je vous garantis que nous n’avons rien dit … pas un mot … pas un geste … mais il est vrai qu’il y a des regards qui tuent ! Toujours est-il que notre catamaran français a levé l’ancre … pour jeter l’ancre sur notre bâbord arrière, à distance normale : comme quoi il ne faut jamais désespérer de l’espèce humaine. Ce n’est pas un inconnu puisqu’il était déjà notre voisin il y a encore quelques jours.

Nos nouveaux copains de « Larwin » sont partis ce matin, aux aurores, sur le voilier d’amis pour aller voir le carnaval à « Fort de France » qui se tient durant 3 jours ! Pour notre part, nous avons eu notre compte de carnaval et nous n’avons surtout pas envie de bouger le petit doigt d’autant que tout est fermé jusque mercredi et qu’il fait venteux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Responses

  1. Profitez en ; je vous envie car j’habiterais volontiers en Martinique .
    avec mon bateau dans un port proche et tranquille.
    Bonne nav de la part de
    Ghislaine et Pierre

  2. alors quoi, les amis ? On s’endort, plus de nouvelles depuis… presque un mois ? Panne d’internet, flemme due à ce top climat, top lumière et bonheur de se laisser vivre sans se lasser ? ou immobilisme en attendant la re-frabrication de vos coussins de pont ? N’oubliez pas qu’à 7000 kms de vous des gens veillent, vivent dans l’attente de vivre au travers de votre prose une aventure d’eau salée sans eau salée et sans nausées… Kisses très affectueux.
    NB: je suis encore un peu soufflé après la visite de votre appartement flottant !

    • Que néni, que néni, mon dernier article a été publié avant-hier !!! En fait, un nouvel article est publié environ tous les 15 jours … sans tenir compte de la parution des « fiches techniques ».
      Par contre, si tu n’as pas reçu le nouvel article alors que tu figures parmi nos « followers » c’est peut-être parce que tu as changé d’adresse E-mail. En ce cas, il te faut recommencer toute la procédure.

      Amitiés.

      • chers SAS3 curieusement pas reçu ! mince alors. Comment vais-je faire pour recevoir la version « en folie » car cela me tient beaucoup à coeur… Bises

    • Hellooooooo Bernard ! Tu n’as pas reçu Sainte-Anne à la folie…..bisoussssssssssss


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :