Publié par : Ann & Stéphane | 21 février 2017

01 au 15.02.2017 – Baie Sainte Anne (Martinique): la passion à la folie.

Mercredi  01.

Le fait marquant de la journée est « State of Grace » (2013 – 39 m.) qui s’ancre de plus en plus près des « masses populaires » !!! Habituellement, un maxi  s’ancre loin de tout le monde et plus loin encore, si possible. Et voilà qu’après avoir mouillé à la limite du plateau, il a occupé pendant quelques jours,  la place qui était la nôtre lors de notre arrivée en «  Martinique », avant de se rapprocher encore davantage ce matin !

La prochaine fois, je l’imagine bien faire du slalom entre les bateaux au mouillage et essayer de se caser  dans un petit coin … ce serait tellement drôle !  Si j’en fais état c’est parce que c’est assez  inhabituel de la part d’un maxi . Maintenant ce qui serait intéressant de savoir c’est  la raison d’un tel rapprochement .Peut-être des guests qui en ont marre de se voir traiter comme des pestiférés …

Nous avons profité d’une très belle et large éclaircie pour réaliser quelques courses au « Marin ». C’était pas gagné d’avance car ce matin, cela soufflait plutôt assez fort et le ciel était bouché. D’ailleurs, dès notre retour à bord, nous avions droit à une série de grains !

Info, info, info : si vous souhaitez faire sortir de l’eau votre bateau au « Marin », il vaut mieux s’y prendre bien à temps parce que nous avons appris que les sorties se réalisaient d’avril à mai et qu’ensuite, il n’y avait plus de place au chantier !!!!!!!!!

Jeudi  02.

Depuis son retour de Belgique, Ann tousse, crache, renifle … elle tousse, crache, renifle … et elle tousse, crache, renifle que c’en est insupportable ! C’est bien simple, nous faisons désormais chambres à part jusqu’à ce qu’elle soit guérie de sa crève. Evidemment, son rétablissement irait plus vite si elle consultait un médecin mais on n’a jamais vu une mule changer d’avis …

Journée fort venteuse mais curieusement on dirait que cela incite les plaisanciers du dimanche à changer de mouillage … allez vous en comprendre quelque chose !

Cela devient une véritable drogue pour moi mais à défaut de pouvoir aller plonger (Ann n’est physiquement pas en état), je me sens le besoin irrésistible d’aller nager : l’eau est d’une fraîcheur juste ce qu’il faut. Cela fait une dizaine de jours maintenant que quotidiennement, je fais quelques brasses salvatrices. Je ne vous dis pas le bonheur à l’état pur.

Vendredi 03.

Nous attendions Franck de « Infologeek » mais ce sera pour un autre jour … la patience est reine sur les îles !

Nouvelle journée venteuse mais là où est mouillé le bateau, le fetch est nettement moins désagréable. De prime abord, il s’agirait d’une question d’une dizaine de mètres avant de tomber dans une zone plus mouvementée !

Arrivée de « Brocéliande » de Toto avec à son bord, Nadine & Daniel de « Syzygy » de « Breskens » (Nl) … le monde est petit et la « Martinique » attire beaucoup de monde. Difficile de ne pas reconnaître un bateau belge quand on a droit à deux pavillons des « Frères de la côte » dans le mât …

Samedi  04.

D’ordinaire, au mouillage, notre VHF est éteinte car c’est tout simplement insupportable de l’entendre mais pour une fois, elle était allumée car nous avions appris l’arrivée de « Pinocchio »dont Ann suit les tribulations depuis leur départ de « Montréal », en pleine période cyclonique, avec leurs 7 enfants (6 mois à 13 ans) et leur chien.

Ceci nous a permis de suivre « en direct » le sauvetage du catamaran français « Equilibre » (Lagoon 43’) qui , en route depuis le «Marin » pour « Sainte Lucie », a heurté une baleine (!!!). Amusant de relever que dans un premier temps, son skipper s’est davantage inquiété de prévenir du danger, les trois catamarans qui le suivaient et qui ne lui ont pas répondu …peut-être que s’il s’était exprimé en anglais, il aurait enregistré une réaction car il est bien connu que même en France, les Anglais ne parlent que l’anglais !

Ce n’est finalement que lorsque le Cross lui a demandé s’il avait des dégâts, qu’il a découvert une voie d’eau en sa coque bâbord ! Si dans un premier temps, il pensait pouvoir revenir par ses propres moyens … avec un moteur en rade,  1 m. d’eau dans son flotteur et une pompe qui n’étalait pas, le Cross en décida autrement.

Incidemment, nous avons assisté à son arrivée à la darse du chantier du « Marin ». Curieusement, nous n’avons vu aucun dégât apparent ce qui laisse supposer que la voie d’eau se situe largement sous la ligne de flottaison … peut-être même au niveau du compartiment moteur puisque celui-ci  était sous eau. En tout état de cause, pas une publicité pour les bateaux en « plastique » comme je l’entends trop souvent alors qu’ils ne sont pas en « plastique » mais bien en « polyester ».

Le soir, nous avions à l’apéro, Aline & Louis de « Lady Mi » qui sont membres du même club de plongée que nous : le Waterloo Diving Club. Louis sillonne les Antilles maintenant depuis plusieurs années mais l’âge venant,  il a décidé de mettre son voilier en vente.

La fin de soirée devant la télévision, nous réserva quelques frayeurs avec un GE qui après avoir bien brouté, rendait son dernier soupir ! J’étais en plein film et les batteries étaient quasiment rechargées … alors le film ou le GE ? Stoïque comme à mon habitude, j’ai continué à regarder mon film et décidé de remettre la question … au lendemain.

Bon, libre à vous de vous en tenir à cette version « gentillette » mais pour ceux et celles qui me connaissent un peu, vous savez pertinemment que quitte à y passer la nuit, ce GE devait fonctionner à nouveau avant que j’aille me coucher.

Nous avons immédiatement pensé que l’arrivée d’eau de mer était bouchée mais après vérifications, il a bien fallu se résoudre à admettre que ce n’était pas le cas … ô misère ! Si les bons vieux trucs ne marchent pas, qu’allons-nous devenir et demain … c’est dimanche !

J’ignore pourquoi, quoi et comment mais, par bonheur, mon regard est tombé sur l’interrupteur de la pompe du tank journalier … pour constater que celui-ci était sur « of » ! Le GE s’était donc arrêté à défaut de carburant. Normalement, l’interrupteur est sur « automatique » et donc, nous n’avons pas à nous en préoccuper. Il nous a quand même fallu réamorcer le moteur  …

Dimanche 05.

Météo inchangée depuis le retour d’Ann : un peu venteux avec des périodes plus calmes, nuageux avec éclaircies, un fetch très supportable depuis nous nous sommes rapprochés du débarcadère à annexes.

Ann en avait envie (sa crève est en voie d’extinction), moi, je ne demandais que cela et Aline de « Lady Mi » était emballée par l’idée d’aller plonger … nous avons donc décidé de plonger à notre spot préféré (avant-dernière bouée rouge du chenal) :  -21 m. – 47’

Très, très chouette plongée : cool et sympa. Aline n’avait qu’une 10 litres gonflée à 160 bars mais c’est une excellente plongeuse et elle ne consomme pas beaucoup.

Une fois de retour en l’annexe, Ann prévient le Cross et a droit en retour, à toute une diatribe sur l’illégalité du nom de notre bateau !!! Pour être perplexes … nous étions perplexes jusqu’à comprendre qu’il y avait eu quiproquo : notre interlocuteur avait compris « S.O.S. ». Pour notre plus grand bonheur, Ann ne s’appelle pas Odette car sinon cela aurait effectivement posé problème  … je sens déjà qu’il y en a quelques-uns qui ne vont pas comprendre !

Ce petit intermède n’aurait pas prêté à conséquence si en rentrant au bateau, tous les bateaux du mouillage ne s’étaient mis à crier « à l’aide S.O.S. » … à bien y réfléchir, je l’ai peut-être rêvé celle-là.

Lundi  06.

Matinée extrêmement chargée avec le premier essayage de notre nouvelle capote et nouveau bimini. Bien qu’en principe, pour cet essayage, nous aurions dû nous rendre avec le bateau, au « Marin »,  Raymond a consenti à venir jusqu’en baie « Sainte Anne ».Heureusement parce que la matinée y est allègrement passée.

Prenant quasiment le relais, Franck de « Infologeek » venait nous installer à bord, un nouvelle passerelle GPRS (routeur) … à l’essai. Il faut bien reconnaître qu’après nos déboires avec notre nouveau PC portable, nous finissons par devenir hésitants pour investir davantage dans de l’informatique . Il semblerait malgré tout que bon nombre de nos difficultés à nous connecter à l’internet, provenait effectivement de la passerelle GPRS …

A 17.30 heures, nous étions invités à prendre l’apéro chez « Lady Mi » … avant de nous rendre tous ensemble, chez Abdel « Les filets bleus »pour y déguster une délicieuse langouste ! Une fois de plus, Abdel nous avait accordé une faveur en ne fermant pas son restaurant à 18 heures. Superbe soirée.

Mardi  07.

Lendemain de veille, nous avions décidé de farniente … mais comme toujours, les idées pour « s’amuser » ne manquent jamais. Aussi, je me retrouvais avec un bouteille sur le dos et un bout de bois d’un mètre de long, en main … à mesurer la chaîne de notre ancrage (45.5 m).

Je voulais vérifier l’indication donnée par notre compteur de chaîne (52 m) car nous avons été amenés il y a quelques temps, à en modifier le calibrage … sans parvenir à retrouver le calibrage de départ !

L’opération terminée, j’en profitais pour nettoyer notre quille qui avait terriblement verdie ! Si cela se nettoie très facilement, il n’empêche que la couche de sédiments était  importante !Il me reste maintenant à  voir comment va évoluer le phénomène en le comparant au reste de la coque.

Alors que je remontais à l’échelle du bord, le dernier échelon se détachait de l’ensemble … pour couler par le fond ! Joie. Par bonheur, je suis parvenu à récupérer sans grandes difficultés, l’échelon baladeur … encore fallait-il comprendre si l’échelle pouvait être réparée ou non.

Pas à pas … j’ai compris comment l’échelle « perroquet » escamotable de marque « Armstrong » était montée et comment il y avait moyen de la réparer … en l’espoir que ma réparation va tenir. Mais avant d’en arriver là, j’ai vidé ma bouteille de plongée, à rechercher sur le fond … une pièce fantôme que je pensais avoir perdue lors de l’incident !!!

Mercredi  08.

Le vent souffle assez fort  mais il faut croire que nous nous y habituons très bien car nous sommes partis au « Marin » sans la moindre angoisse ou stress quelconque. En décembre de l’année dernière, nous n’avions pas exactement la même perception des choses …

Pour la première fois, nous sommes confrontés à une brume de fond qui fait que « l’image »  est moins nette. C’est un peu spécial quoique non fondamentalement dérangeant. Plus contrariant par contre, est ce Sun Odyssey 44 français qui s’est ancré juste devant nous et dont nous avons perpétuellement l’impression que nous allons nous le prendre sur le nez ! Bien évidemment, notre « empêcheur de farniente  en rond » ne fait pas partie de ces bateaux qui ne font que passer la nuit …

Ce qui a de sympa du « Marin », c’est que vous y rencontrez toujours bien quelqu’un que vous connaissez : aujourd’hui, c’était au tour de Maryvonne & Bernard de « Sonate » et ensuite, Aline & Louis de « Lady Mi »avec qui nous avons déjeuné au « Mango Bay ».

Je suis également passé chez le coiffeur … mais cela, j’en conviens, tout le monde s’en fout royalement !

Jeudi  09.

Ce matin, je ne sais plus si j’ai pris ou non, mon médicament … mais cela, j’en conviens également, tout le monde s’en fout royalement !

La bonne nouvelle du jour : le crétin qui avait mouillé juste devant nous, est parti … et la mauvaise nouvelle du jour : un autre crétin a pris sa place ! Mais la meilleure dans l’histoire reste encore que nous avons apporté assistance au « second crétin » …

Bon, ok, le sort n’a pas été de son côté et son histoire nous a fait un peu flipper ! Apparemment, il est arrivé hier soir … en panne de moteur ce qui explique qu’il avait jeté l’ancre  à l’horizon du plateau. Mais voilà que durant la nuit et alors que son annexe pendait sur le flanc de son voilier, on lui a volé sa nourrice … non pas celle qui lui a donné le sein quand il était bébé mais plutôt celle qui alimente son moteur d’annexe. Si c’est pas malheureux tout de même car le problème c’est que sans « nourrice », le moteur de l’annexe fonctionne nettement moins bien !

Comme nous nous occupons exclusivement que de nos oignons, nous ignorions donc tout de l’histoire lorsque nous sommes partis chercher des baguettes à « Sainte Anne » … sauf qu’Ann a abordé un technicien Volvo qui se trouvait au débarcadère, pour lui demander une précision sur notre moteur mais pas de chance, notre moteur est un D4 et ledit technicien n’a été formé que jusqu’au D2 … je crois rêver de temps en temps.

Nous aurions pu en rester là mais le technicien Volvo en a profité pour nous demander si nous pouvions aller chercher son chef d’atelier que le « second crétin » était en train de ramener … à la rame ! Ce que nous avons évidemment fait et tant qu’à faire, nous avons ramené, sur le retour,  le « second crétin » à son bateau. Aurions nous été aussi prévenants si nous avions su à temps qu’il s’agissait en fait, du « second crétin » … nous ne le saurons jamais.

Après notre petit déjeuner tardif  (il était passé midi), nous avons été plonger (-30 m. – 48’) à notre spot habituel sauf que cette fois, nous avons tourné à droite. Lorsque nous sommes remontés à la surface, le bateau du « Club Med » était à sa bouée.

Vous n’imaginez pas le pied de plonger en dehors des heures « habituelles » : le plongeur est par définition, un grand matinal qui se met à l’eau au grand plus tard à 9 heures ce qui suppose un rendez-vous au club de plongée pour 7 heures !!! Rien que pour cela, je n’aurais jamais dû devenir plongeur.

Pourquoi plonger si tôt ? D’abord et surtout pour une question de luminosité car le soleil monte encore et ensuite, parce que le plongeur lambda veut rentabiliser son voyage, en réalisant un maximum de plongées sur sa journée soit de 3 à 5 plongées !!! Le cas échéant, il faut respecter scrupuleusement le protocole établi pour cette circonstance.

Vendredi  10.

Farniente, farniente et encore farniente.

Visite de courtoisie de Johanne & Marcus de « Pinocchio » que nous ne connaissions jusque là que par internet …

Samedi  11.

Comme le vent soufflait un peu beaucoup, j’ai préféré accompagner Ann jusqu’au « Marin » et je n’ai pas regretté ma décision car pour une fois, cela déménageait ! Evidemment, sur place, il m’a fallu attendre deux heures qu’Ann en aie fini de ses soins de beauté … aaaah les femmes !

Mais, en fait, j’ai pris mon pied à assister au départ de la régate (le tour de l’île en trois étapes) … ou du moins, à la mise en route de plusieurs coquilles de noix (24 pieds) qui y participaient : incroyable de penser que tous ces jeunes osent s’aventurer sur l’eau avec de telles barquettes ! Vous n’imaginez pas comme j’ai eu du mal à résister à l’envie de leur lancer des gilets de sauvetage tant je pressentais  leur naufrage au bout du chenal …

Après ce moment de pur bonheur, j’ai flâné sur les pontons en prenant tout mon temps : cette marina est un véritable clapier à lapins … pour catamarans essentiellement ! Les bateaux sont tellement serrés les uns contre les autres que l’image d’une boîte à sardinnes ne m’a pas quitté durant toute ma ballade. Par contre, j’ai été véritablement bluffés par tous ces responsables de location qui vous manœuvrent ces gigantesques libellules des mers, avec une aisance et une dextérité incroyables.

A 16.30 heures, nous assistions enthousiasmés au carnaval de « Sainte Anne » : une dizaine de communes étaient représentées par le biais de leur association carnavalesque. L’originalité de la manifestation résidait en ce que les différentes compagnies tournaient … en boucle en sorte que le public  avait la possibilité de les voir défiler plusieurs fois de suite ! Je ne vous raconte pas la cacophonie à laquelle nous avons eu droit ! Mais le plus incroyable est que je me suis découvert une passion pour les tambours !

Dimanche 12.

Baptême de plongée (-5.20 m – 24’) de Raphaël, le fils aîné (13 ans) de « Pinocchio », sous la coque du bateau toujours mouillé à la baie « Sainte Anne ».

Beaucoup de plongeurs belges râlent sur l’obligation que notre Fédération impose à ses membres, à savoir disposer obligatoirement  de deux moyens de décompression. Dans un premier  temps, j’avais eu tendance à considérer que c’était peut-être un peu excessif comme mesure … mais aujourd’hui, je relève que c’est la seconde fois (!!) que nos deux ordinateurs tombent en panne ou sont HS en même temps !!!! Lors de ce baptême, j’avais trois ordinateurs à ma disposition …

Lundi  13.

Le vent est, enfin, un peu redescendu d’intensité et nous en avons profité pour aller jusque « Incidences », faire nos dernières recommandations à Raymond  pour la fabrication de notre capote et de notre bimini. On a beau demander une réalisation parfaitement identique à ce que nous avions, il faut toujours que des modifications pas toujours heureuses, soient apportées à l’ensemble !

De retour à bord, je me suis lancé dans la rédaction de « fiches techniques » fondées sur notre expérience de 6 ans de navigation en tour du monde. Ces derniers temps, nous sommes contactés par des plaisanciers qui font construire leur bateau et qui nous posent énormément de questions d’ordre très technique. Non seulement, j’ai horreur de me répéter mais aussi, à chaque fois, je suis frustré de ne pas pouvoir m’étendre davantage sur les sujets abordés. La première fiche technique sera consacrée aux annexes et paraîtra sur le blog.

Histoire de se changer les idées … nous avons nettoyé le franc-bord bâbord qui présentait des tâches de sel déposé par les vagues et les éclaboussures : une horreur ! Nous avions à peine nettoyé que de nouvelles éclaboussures venaient mettre à néant notre travail !

Mardi  14.

Comme nous savions que nos copains Francesc de « Badoc » et Michel et Maël de« Obione » (nous les connaissons depuis l’Australie) étaient arrivés à la marina du « Marin », nous avons pris notre annexe pour aller leur dire bonjour … l’occasion de nous rendre compte combien nous n’étions décidément pas faits pour vivre en marina : sinistre à souhait !

Nous devions, en principe, passer notre soirée de la « Saint Valentin » avec Aline & Louis de « Lady Mi » mais comme leur voilier était bloqué à la marina pour une réparation dans le haubanage, nous avons décidé de postposer l’événement. C’est certainement ma faute mais je ne suis pas porté pour célébrer tout et n’importe quoi : n’oublions pas que la « Saint Valentin » est une fête essentiellement commerciale. Notre bonheur se célèbre tous les jours sans attendre un événement ou l’autre.

Mercredi  15.

La matinée fut tellement cra-cra qu’il était passé 11.30 heures lorsque nous avons quitté notre lit : plus possible d’encore entamer quelque chose d’intéressant, donc nous nous sommes résolus au farniente. Mon expression favorite selon mon ami  Jean de « Otter II ».

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Responses

  1. Coucou vous,

    J’espère que Ann va mieux et qu’elle peut reprendre les plongées. Bien votre idée de faire des fiches techniques. En plus avec tout ce que vous faites comme maintenance, il va y en avoir des pages sur tout les sujets…😂 Vous pourriez aussi faire des fiches sur les lieux et les recommandations techniques… Par exemple: Cape Town quel chantier pour le mât et qui il ne faut pas contacter pour les hublots… juste une recommandation… Toujours aussi sympa de vous lire. À bientôt 👋

    Envoyé de mon iPad

    >

    • Merci pour ce soutien qui tombe à point nommé car je me posais justement la question de savoir si cela intéressait quelqu’un. Pour être franc, j’ignore combien de fiches techniques vont être publiées car je n’ai aucune intention de me substituer aux nombreux guides nautiques qui inondent le marché. En fait, je pense plus simplement me limiter à quelques sujets qui me passionnent plus que d’autres et sur lesquels je peux peut-être apporter quelque chose.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :