Publié par : Ann & Stéphane | 3 février 2017

17au 31.01.2017 – Baie « Sainte Anne » – Martinique … encore et toujours !

Mardi  17.

Après qu’Ann ait été  rapporter  la voiture de location, j’avais espéré aller plonger d’autant qu’en observant à la jumelle,  les bateaux de plongée locaux, j’ai découvert de nouveaux spots de plongée mais le vent était un peu fort soulevant du même coup, un fetch bien peu agréable. De surcroît, le ciel était nuageux (mauvaise luminosité).

Nous nous sommes alors rabattus sur notre occupation favorite : le farniente.

En milieu d’après-midi, nous avions la visite de Chantal de « Maeva ».

Mercredi  18.

Il fait venteux à souhait (25 nœuds) et c’est justement le jour où Raymond de « Incidences » doit venir prendre les cotes pour notre nouvelle capote et nouveau bimini … mais pour cela, nous devons nous rendre avec le bateau jusqu’au « Marin » ! Il est très difficile de faire venir un technicien à la baie « Sainte Anne ».

Nous avions déjà repéré où nous devions ancrer mais force fut de constater que notre ancre chassait avec beaucoup de plaisir (la plupart des fonds au « Marin » sont de mauvaise tenue car il s’agit essentiellement de vase).

Après quelques hésitations, nous avons été nous amarrer au ponton essence car de toute manière nous avions à faire le plein  (quand il ne nous reste plus que 1.000 litres … nous tankons : à 1,19 €/litre la facture fut plus salée que d’habitude … le pire, fut quand même  à « St Hélène » avec 1,60 €/litre).

Bien évidemment, Raymond avait besoin de plus de temps que le temps de notre remplissage mais le pompiste nous aime bien car nous lui laissons à chaque fois un pourboire et cette fois-ci, celui-ci fut plus conséquent que d’habitude. Il n’empêche … je ne vous dis pas la gêne vis-à-vis des autres bateaux qui cerclaient en attendant une place au ponton. Notez que beaucoup d’autres n’ont pas  les mêmes scrupules que nous  et savent prendre leur temps … ce qui me donne toujours l’envie de les étrangler de mes blanches mains.

Sous un vent de plus en plus musclé au fur et à mesure que nous nous rapprochions de notre mouillage de la baie « Sainte Anne », nous avons pris un mouillage d’une cinquantaine de mètres plus proche du débarcadère que le précédent … à la longue, je finirai bien un jour par mouiller tout près du débarcadère mais la résistance d’Ann à toute compromission sur le sujet, est très forte !! Encore un peu et on ne mouillait pas du tout d’ailleurs: Ann refusait d’avancer davantage et je refusais de faire descendre l’ancre si elle n’avançait pas …

Cela vous titille de savoir qui a cédé ? Eh bien, je ne vous dirai pas qui porte la culotte dans notre ménage. « J’arriiiiiiiiiiiiive, ma chérie … ».

Comme j’avais remarqué, au matin, que les boutons-poussoir de notre « PC navigation » ne fonctionnaient pas bien, je me suis mis dans la tête, d’échanger l’écran du « PC navigation » par celui du « PC communication » : les deux écrans sont identiques et  nous n’utilisons jamais les boutons-poussoir du « PC communication ».

Mal m’en a pris car cela ne marchait pas mieux avec l’autre écran !! Pire, nous avons constaté que nous ne possédions pas le manuel d’emploi de nos écrans et que celui trouvé sur internet, ne correspondait  mystérieusement  pas  à nos écrans !!

Ne pouvant atteindre un technicien susceptible de nous conseiller utilement et ne pouvant pas plus me résoudre à laisser les choses en l’état (plus moyen de passer de l’écran du « MaxSea » à celui du radar et vice et versa), je me suis risqué à ouvrir l’écran pour asperger les contacts défectueux d’une bonne dose de WD40 …

Oui, oui, j’ai appris par la suite que le WD40 n’était pas conseillé pour les connexions électroniques  car beaucoup trop agressif et trop gras (il ne sèche pas) mais après cela, les boutons-poussoir n’ont jamais aussi bien fonctionné !

Jeudi  19.

J’avais tellement envie de plonger que lorsque j’ai vu que le vent s’était un peu calmé, j’ai décidé Ann à plonger sur un nouveau spot de plongée. En fait, elle aurait préféré plonger à notre spot « habituel » mais il faut de temps en temps savoir partir à l’aventure …

Pour de « l’Aventure » …  ce fut de « l’aventurette » ! Un « garden » à – 6m. … tout ce que je déteste ! Imaginez-vous une prairie  à perte de vue, semée de patates de corail et vous aurez une idée de ce qu’est un « garden ». Je crois pouvoir affirmer qu’il  y a peu de plongée que je « déteste » autant que celle-là et n’allez pas me demander pourquoi parce que dans le fond, je l’ignore.

En prenant successivement comme direction, les quatre points cardinaux, je suis quand même parvenu à trouver  – 17m. mais c’était juste pour l’honneur.

De retour à bord, nous sommes partis au « Marin » pour y déposer une nouvelle fois, mon nouveau  PC portable qui marche toujours moins bien que mon ancien PC portable … je crois rêver de temps à autre !

A l’apéro, nous avions l’immense plaisir d’accueillir Patrick & Catherine ainsi que leur fils.  Patrick MARIE  est le génial électricien de « S.A.S.³ » … c’est dire l’importance que nous lui attachons.

Non, non et non … Patrick n’était pas en déplacement pour venir travailler sur notre bateau mais seulement en vacances avec sa famille. Ce fut d’ailleurs, une formidable soirée au cours de laquelle nous avons pu « télécharger » les dernières infos du petit monde de la voile.

En allant les chercher au débarcadère à annexes, j’ai malencontreusement croisé d’un peu trop près, une annexe surchargée qui peinait à rester à flot. Evidemment, le remous créé par notre annexe, a quasiment coulé la pauvre embarcation …

J’ai donc eu droit à pas mal de récriminations et même, à subir des jets d’eau de la part de mes malheureuses victimes françaises qui sont quand même parvenues jusqu’au débarcadère  … sous l’œil amusé du copain Patrick ! Une prochaine fois, je ferai en sorte que mes victimes ne puissent atteindre le débarcadère …

Vendredi  20.

Comme par miracle, le vent s’est carrément estompé depuis hier soir et nous en avons profité pour réaliser une superbe plongée (-30m. – 40’) à notre spot « habituel » encore qu’au lieu de tourner à gauche  … nous avons tourné à droite. Si Ann ne m’avait pas rappelé à la raison, nous aurions réalisé une plongée de oufs mais sans doute n’aurions nous eu pas assez d’air pour rentrer …

Arrivée de « Scraatch » (USA) que nous avions croisé à « Madagascar ».

Ensuite, nous sommes allés faire des courses au « Marin ». Au magasin d’informatique, Franck nous a expliqué les dangers d’utiliser du WD40 avec de l’électronique. Résultat des courses dès que nous étions de retour à bord (17.30 heures), je me suis lancé dans l’ouverture de l’écran du PC de « navigation »  pour le nettoyer de son  WD40 …

Opération proprement réalisée sauf que quand tout était remonté, l’écran affichait obstinément un écran blanc !

Après quatre démontages/remontages, j’ai compris ce qui se passait et surtout, comment je pouvais remettre à sa place, une fiche qui s’était déconnectée malencontreusement lors de l’ouverture de l’écran. Tout aurait été dans le meilleur des mondes puisque la « Navnet » s’affichait à nouveau, à l’écran si le « PC navigation » qui revient juste de la réparation, ne s’était, lui, refusé obstinément à s’ouvrir !!

Il était 22 heures lorsque nous avons abandonné la partie, complètement écœurés par tant d’injustice. Quand je pense que vous me demandez tous de continuer à vous faire « rêver » … vous êtes tous masos ou quoi !

Samedi  21.

Avec tous nos énervements de la veille, je n’ai pas eu l’occasion de procéder au gonflage des bouteilles en sorte que la corvée était pour ce matin. Comme il m’a été conseillé de purger les condensats tous les 5 à 6 minutes, c’est encore plus chiant qu’auparavant ! J’aimerais bien placer sur le compresseur, un système de purge automatique mais nous ne sommes pas en Europe et de surcroît, le dealer Bauer en « Martinique » n’est pas sérieux pour un sou.

Entre deux gonflages, histoire de laisser un peu refroidir le compresseur, nous nous sommes attaqués au nettoyage de la coque, côté tribord. La coque n’était plus très présentable et des dépôts de sel étaient visibles au-dessus de la ligne de flottaison. Eternel inconvénient d’une coque « navy blue ».

Il était donc déjà passé 13 heures lorsque nous nous sommes enfin mis en mouvement  pour un nouveau spot de plongée : « la piste de ski » située de l’autre côté du chenal, un peu au-delà de la dernière bouée rouge. Comme je l’avais deviné, une superbe bouée nous tendait les bras.

Dès que nous avons basculé en arrière, nous nous sommes rendu compte que l’endroit portait bien son nom : une énorme plaine descendante en pente douce, sur sol herbeux. Rien de bien terrible mais il y a moyen de trouver de la profondeur : nous nous sommes arrêtés à – 32m. car je connais bien  le piège que consiste ce type de pente !

Il y a une très grande différence à descendre « verticalement » et « en oblique » : en le premier cas, on atteint rapidement la profondeur souhaitée et la remontée s’effectue en douceur sans le moindre effort … toute le contraire, du second cas où on peut facilement s’essouffler à la remontée ! Oui, c’est exact, cela sent le vécu …

Sur le fond, un filet d’une cinquantaine de centimètres de haut avait été tendu, parallèlement à la descente. Pas beaucoup de prises si ce n’est une belle langouste et un petit poisson qui ne sera plus très frais lorsque le filet sera remonté à la surface … Ann aurait bien voulu découper le filet pour libérer la langouste mais cela n’aurait pas été sympa pour le pêcheur, déjà que la cohabitation pêcheur/plongeur n’est pas toujours évidente !

Dimanche  22.

Nous aurions sans doute pu aller plonger  mais quand nous nous sommes posés la question … il était déjà 13 heures, les bouteilles n’étaient pas encore gonflées et notre coque bâbord attendait qu’on l’a nettoie ! On s’est donc occupé de notre coque et ensuite … j’ai été englouti par notre annexe !

Eh oui, il y a des moments dans la vie où il faut s’occuper de son moyen de locomotion : trouver un moyen de refixer la console centrale qui ballotte dangereusement,  bloquer la batterie qui a tendance à se faire la malle, nettoyer les outils de secours  qui baigne dans l’eau du baquet étanche manifestement plus étanche, nettoyer les vilaines coulées de rouille etc.

Bien que j’aurais pu en faire davantage, je me suis arrêté lorsque le soleil s’est couché … il était 18 heures.  La journée était suffisamment chargée ainsi  … j’ai quand même procédé au remplissage d’une bouteille en passant … et dire que la plupart des personnes ne pensent qu’à les vider !

Lundi  23.

Cette journée aurait pu être la plus maussade que nous ayons vécue puisqu’Ann s’est vue contrainte de rentrer quelques jours (dimanche, elle est de retour), en Belgique pour raison familiale si  l’intervention de Franck de « Infologeek » n’avait permis en autre, de résoudre le problème du « PC de navigation » : l’interrupteur de la bascule avait été par inadvertance, placée sur « off » … oups ! Quand je pense que je l’avais vu mais que le franc n’était pas tombé, j’en rage rétrospectivement. Encore une chance que Franck n’est pas passé à bord rien que pour ce problème.

Tandis que nous étions fort occupés avec lui, un « Moody 47’ » nous est tourné autour de si près que j’ai bien cru qu’il finirait par entrer en collision avec nous : son skipper prenait un tas de photos de notre bateau et plus particulièrement de notre système original de remontée de l’annexe. Il  faut bien avouer que ce système est tout simplement génial.

Mais le plus extraordinaire de cette journée reste encore que nous avons et de surcroît, par deux fois, déplacé le bateau pour le rapprocher sensiblement du débarcadère à annexes ! Ce miracle est dû en partie au départ massif de bateaux ancrés devant nous … mais peut-être aussi l à  la peur d’Ann que je mette à exécution ma menace de déplacer seul le bateau dès qu’elle aurait le dos tourné …

Ma peur quasi obsessionnelle lorsque je me retrouve ainsi seul,  c’est bien évidemment d’avoir à faire face à une nouvelle « merde » comme la panne du GE survenue  à « Maurice » ! Aussi, je me suis senti mal à l’aise lorsque notre connexion télévisée n’a pas arrêté de bégayer toute la soirée !

En fait, quand le bateau roule un peu de trop, cela perturbe la connexion !! Comme le vent est très faible depuis quelques jours, le bateau est moins stable et roule chaque fois qu’il pointe son étrave vers « Sainte Anne » ! L’idéal reste donc qu’il pointe davantage vers le « Club Med » … ce qui est le cas lorsque le vent souffle plus fort.

Mardi  24.

Pas terrible la nuit que j’ai passée seul dans mon lit … j’ai même eu un moment, froid !!

Très belle journée ensoleillée mais qui ne m’a pas poussé pour autant à descendre l’annexe. Qu’est-ce que j’ai fait pour occuper ma journée ? De la correspondance, du rangement, des petits aménagements dans les tiroirs de la cuisine, gonfler une bouteille, une petite baignade, un peu de lecture, préparer mon dîner (dégueulasse), faire la vaisselle, regarder la télévision … une journée passe si vite !

Mercredi  25.

Cette fois-ci, j’ai descendu l’annexe par … gourmandise ! J’avais trop envie d’une bonne baguette comme seuls les Français savent les faire : je m’en suis enfilé deux sans peine !

J’aurais pu aisément aller faire un tour du côté du « Marin » tant le plan d’eau était calme mais en finale, je me trouvais encore mieux au bateau où un farniente bien mérité, m’attendait.

De ma loge de concierge, j’ai commenté pour moi seul  (il est bien connu que les vieux parlent tous seuls quand ils ne radotent tout simplement pas), tous les mouvements enregistrés sur le plan d’eau. Depuis que nous nous sommes rapprochés sensiblement du débarcadère à annexes, je revis littéralement car bien que l’on me taxe volontiers « d’ours des cavernes », j’aime le contact « à distance » avec les autres bateaux … de quoi je pourrais bien me causer si j’étais totalement isolé, je vous le demande !

Arrivée de « Sarama » avec nos amis belges, Patrick et Fabrice.

Jeudi 26.

Il fait toujours aussi beau et calme … c’est le paradis sur terre, il ne me manque plus que Eve pour croquer la pomme avec moi.

C’est LA journée des visites : après Patrick et Fabrice de « Sarama » qui m’ont apporté très gentiment mes deux baguettes journalières, ce fut Marc (trop difficile à expliquer comment on se connait sans réellement se connaître) et un quart d’heure plus tard, le même Marc accompagné cette fois de son skipper de « Serendipity » qui n’a plus de VHF et qui souhaitait prendre contact avec la marina : l’occasion d’une visite d’un « Garcia ».

Mais Bon Dieu … pourquoi toujours rien que des hommes ! Comme dirait la chanson de Patrick Juvet : « où sont les femmes ? ».

Profitant d’un petit moment de solitude, je suis allé me baigner en tenue d’Adam comme l’énorme majorité des plaisanciers (hommes et femmes … bavez pas les mecs, il n’y a que les vieilles peaux qui se baignent à poil, les midinettes sont trop prudes).

Depuis notre passage par « Saint Martin » où j’ai failli me faire couper en deux par un gros abruti de hors-bord, je ne suis plus aussi à l’aise en cet exercice. Motif pour lequel Ann m’avait acheté une petite bouée de surface que l’on tire derrière soi. Bien que mes premières expériences ne soient guère convaincantes, j’ai remis aujourd’hui,  le couvert.

Mon premier problème fut de savoir où l’attacher ? J’ai essayé au gouvernail mais il me faisait tirer sur la gauche. J’ai essayé autour de la taille mais la ficelle se coinçait entre les fesses. J’ai essayé autour du cou mais après quelques minutes, je manquais d’air … il est vrai que j’aurais sans doute dû choisir un autre nœud que le nœud coulant. J’ai essayé au poignet mais sur la droite, il tirait à gauche et sur la gauche, il tirait à *** (je suppose quand même que vous avez deviné). J’ai essayé à la cheville mais sur la droite, il tirait à *** et sur la gauche, il tirait à gauche (ben oui … c’est quand même plus logique, non, à moins que vous ne soyez dyslexique) !

Mon second problème fut qu’il ne me dépasse pas ! J’ai donc nagé comme un pété … et je suis arrivé à bout de souffle au bateau.

Mon troisième problème fut de lui trouver un emplacement pour le caser sans avoir à le dégonfler et à le vider : une pochette d’eau assure à sa base, son équilibre ! La pochette n’étant pas très étanche, je l’ai remplacée par un plomb.

Mon quatrième problème fut un réel casse-tête : dois-je persévérer ou le foutre à la poubelle ?

Vendredi  27.

Si la météo avait annoncé 30 nœuds de vent, je n’en ai rien vu et c’était très bien ainsi. Après un début de matinée très menaçant, le soleil est réapparu et tout cela m’a conforté en mon impulsion d’aller rechercher mon nouveau PC portable qui était « prêt ». J’ai même poussé le culot jusqu’à faire quelques autres petites courses malgré l’extrême encombrement rencontré aux différents pontons !

A tout vrai dire, je n’ai eu aucun mérite de m’être rendu au « Marin » avec notre annexe car la mer est restée très praticable sauf la petite portion entre le « Club Med » et  l’avant-dernière bouée rouge du chenal qui, étrangement, est toujours houleuse !!! Notre annexe AB peut se révéler dangereuse par mer formée lorsqu’on est seul à bord car la console de barre est située fort en arrière en sorte que tous les poids (moteur, conducteur, console) se concentrent sur l’arrière ! Par contre, cette disposition autorise un plus grand volume que sur d’autres annexes à console centrale.

Samedi 28.

J’ai été tiré de mon lit par un grain particulièrement rageur qui a repoussé brutalement  le bateau vers l’arrière en étirant  sèchement  l’amarre ! Je n’ai pas senti de choc mais le bruit de l’amarre sur la delphinière. J’ai quand même été vérifié notre ancrage pour le cas où mais l’ancre est profondément enfoncée dans le sable.

Depuis ce matin, c’est un festival d’arrivées: cela tournicote autour du bateau, on entend très distinctement des voix quand ce n’est pas des cris, des bruits de chaîne, on voit des bateaux qui ratent superbement leur amarrage … c’est le week-end et lundi matin, tout ce monde sera reparti.

En soirée, j’ai cru halluciner en distinguant difficilement dans le noir, un catamaran remontant tout le mouillage à bonne allure avec pour seuls feux de navigation … son feu de mouillage ! Des feux de mouillage qui se baladent de nuit, n’est pas si extraordinaire qu’on pourrait le croire …beaucoup trop de plaisanciers sont fâchés avec les réglementations.

Dimanche 29.

Je l’avais bien entendu remarqué et  je m’étais déjà renseigné sur lui  … mais ce qui m’intéressait réellement, c’était la télévision Intellian qui trônait sur son arceau arrière. J’ai donc pris mon annexe pour faire une petite visite de courtoisie à mon imposant voisin qui manque de pot, avait acheté son Catana 65’ d’occasion et n’avait  jamais fait marcher sa télévision ! Comme je m’en doutais, l’un des deux radômes monstrueux ne fait qu’abriter le téléphone satellitaire qui n’occupe qu’un dixième du volume …

Journée un peu longuette en l’attente du retour d’Ann qui n’est arrivée à la « baie Sainte Anne » que vers 20.30 heures.

Lundi  30.

Bien évidemment, Ann est revenue de Belgique, avec la crève mais également avec  le sentiment bien établi que nous n’avions plus rien à faire en Europe … hormis la famille : il y fait terriblement froid, tout y est gris et les gens y sont aussi énervés qu’hargneux.  Il faut bien reconnaître que l’état de santé de pas mal de nos amis du même âge, n’est pas très encourageant non plus  … même s’il est évident que nous ne rajeunissons pas !

Pour ménager le plus possible Ann, nous avons décidé de ne pas quitter le bateau et de farniente à loisir.

Mardi 31.

« Yolo » (= You Only Live Once = on ne vit qu’une seule fois ) (cata 42’ –  USA) que nous avons eu longtemps comme voisin à « Maurice »,  s’est ancré pour la nuit pas très loin de nous (c’est déjà la seconde fois) mais à peine avions nous pris conscience de son retour parmi nous, qu’il était déjà parti … la seule et unique fois où il a su prendre contact avec nous, ce fut à « Richard’s Bay » (Afrique du Sud) pour savoir quand nous partions le lendemain matin … pour prendre notre place le long du mur international : un personnage réellement très sympathique.

Patrick, Fabrice et Benoît de « Sarama » sont venus nous dire au revoir puisqu’ils redescendent vers « Grenade » où le bateau sera sorti de l’eau jusqu’à la fin de l’année ! Ils sont assez nombreux  à ne naviguer que quelques mois par an, pour ensuite retourner plus longuement au pays. En le cas d’espèce, ils sont partis de « Jacaré » (Brésil) en décembre 2016 en réalisant de nombreuses escales. A écouter leurs aventures, nous nous sommes félicités de ne pas nous être attardés sur ce trajet : en pleine nuit, ils ont même failli être piratés mais leurs poursuivants ont abandonné la partie en raison vraisemblablement d’une mer trop formée …

Comme tous les jours de ce mois de janvier, la journée est plutôt ensoleillée, les grains sont plus rares mais ils n’ont pas pour autant disparu de l’horizon, le vent varie beaucoup en force passant de faible à fort sans qu’on en comprenne toujours la raison mais c’est surtout le fetch qui a énormément diminué en fréquence et en force du moins c’est l’impression que j’en aie.

Mon nouveau PC portable marche toujours de manière erratique et sensiblement moins bien que mon ancien (tous deux, des Toshiba) mais je sens bien que Franck de « Infologeek » est à bout d’idées et ne sait plus trop comment me venir en aide. J’ai toujours connu des problèmes lors de la prise en mains d’un nouveau PC mais en le cas d’espèce, tout se joue au niveau de la connexion internet : mon ancien PC portable ne capte pas facilement l’internet et autour du monde, j’ai eu maintes fois l’occasion de m’en plaindre gravement mais ici, en Martinique, il fonctionne plutôt très bien ! J’ai donc un point de comparaison et celle-ci est loin d’être flatteuse pour le nouveau PC portable qui ne fonctionne correctement que quand il reçoit 5 sur 5 c’est-à-dire en un seul endroit précis du bateau …

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Responses

  1. Coucou vous, Toujours aussi sympa vos petites histoires. Bon courage pour la suite qui sera sûrement tout aussi difficile 😂. Profitez bien. Emmanuel

    Envoyé de mon iPad

    >


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :