Publié par : Ann & Stéphane | 21 juillet 2015

04 au 20.07.2015 – Grand Baie (île Maurice).

Samedi 04.

Journée relativement ensoleillée, un peu plus de vent et plan d’eau assez animé … nous sommes le week-end.

De nombreuses pièces détachées ayant été apportées par Ann, je poursuis les petites réparations domestiques (c’était le tour de notre système d’alarme, aujourd’hui) … tout en considérant qu’une réparation par jour suffit amplement.

J’ai un besoin impérieux de profiter un peu de notre séjour … la tension se relâche enfin. Il faut dire que nous en avons fini avec notre société de yacht service basée à « Rivière Noire » et cela fait énormément de bien de ne plus avoir à supporter leurs mensonges éhontés.

A chacun, ses petits passe-temps favoris … Ann était une fois de plus en courses et a pu obtenir l’annulation de notre abonnement à Canal+. Cette fois, le rêve de capter des chaînes françaises est bel et bien enterré ! Triste de posséder une installation aussi onéreuse et de ne pas pouvoir en profiter faute de trouver un technicien capable de réaliser la connexion !!

Dimanche 05.

Pris par le suspens du roman que j’étais en train de lire … j’en ai oublié toute autre considération ! Incroyable même que nous ayons descendu l’annexe alors qu’il était déjà 16 heures (à 18 heures, il fait noir …) pour explorer la côte qui mène au « Cap Malheureux ». Ann est à la recherche d’une belle plage pour y emmener nos petits-enfants …

C’est la côte des hôtels et des villas de luxe mais gare aux cailloux qui affleurent … les locaux vous traversent tout cela à pleine vitesse mais nous n’avons même pas osé les suivre dans leurs traces !!

Sur le retour, nous avons été dire bonjour à « Lady of Lowlands » qui est mouillé juste derrière nous. Nous y avons été très bien accueillis et même invités à prendre l’apéro.

En fait, nous les connaissions, sans les connaître puisque « Badoc » nous avait parlé d’un voilier hollandais qui s’était élancé mi-avril, vers les « Cocos ». Le récit de leur traversée de l’Indien ne diffère pas pour l’essentiel, de ce que nous avons personnellement connu.

Ils ont mis 18 jours pour aller des « Cocos » aux « Rodrigues » où ils sont restés un mois … en sorte qu’ils sont arrivés après nous, à « Maurice » ! C’est souvent le cas … nous réalisons de plus longues étapes et plus rapidement que d’autres en sorte qu’en finale, nous sommes plus avancés qu’eux ! Nous n’en retirons pas la moindre satisfaction ou plaisir quelconque … c’est juste un état de fait qui se répète dans le temps.

Lundi 06.

Belle journée avec un peu de vent tout de même … et pourtant, elle avait commencé sous un ciel menaçant ! Il ne faut jamais désespérer de rien.

Nous décompressons chaque jour un peu plus et cela fait un bien fou. Qui en douterait … ?

Comme je m’astreins à une petite occupation, chaque jour … j’ai remplacé la jauge basse pression de notre déssalinisateur ! La jauge fonctionnait mais perdait l’huile dans laquelle son aiguille baigne.

L’opération ayant été assez rapidement expédiée, je me suis tapé une fois de plus, les inox … j’en ai pour des mois ! Nous serons partis que je n’en aurai pas encore fini. C’est déprimant au possible.

Mardi 07.

Encore une fois faire dodo et notre fils Gauthier ainsi que Floriane nous aurons rejoints à bord pour 15 jours. Que du bonheur, que du bonheur.

Si le moustique semble inexistant à « Maurice », il est remplacé par une toute petite mouchette. Rien de bien méchant mais si cela vous chatouille quelque part sur le corps, regardez avant de vous gratter … beaucoup de chance que ce soit l’un de ces animalcules qui se ballade sur vous !

Un centimètre d’inox … ça use, ça use … un centimètre d’inox ça use le chiffon. Deux centimètres d’inox … ça usent, ça usent … deux centimètres d’inox ça usent le chiffon. Trois centimètres d’inox … ça usent, ça usent … trois centimètres d’inox ça usent le chiffon. Quatre centimètres d’inox … ça usent, ça usent … quatre centimètre d’inox ça usent le chiffon. Toute la journée … à en devenir dingue !

A l’heure de l’apéro, Rit & Henry de « The Lady of the Lowlands » venaient nous rendre notre visite de la veille. Un peu de vie sociale n’est pas pour nous déplaire mais selon leurs dires, il ne faut pas s’attendre à voir les autres bateaux quitter « Rodrigues » très rapidement … il semblerait que l’on y est trop bien !

Mercredi 08.

Depuis ce matin, nous faisons l’impossible pour redonner à notre bateau, son plus beau lustre en l’honneur de l’arrivée de nos enfants. Tandis qu’Ann s’occupait de l’intérieur, je me suis tapé toutes les vitres du bateau. Pffft … il y en a un paquet !

Le taximan ne connaissant pas la station des « Coast Guard », il les a déposés sur « Sunset Boulevard » en leur disant de se débrouiller ! Charmant, le monsieur …

Nous les attendions par un côté mais le taxi est arrivé par un autre côté … grâce aux GSM, nous sommes quand même parvenus à nous retrouver.

Nous n’étions que deux à bord … nous sommes désormais quatre et de suite, une nouvelle dynamique s’est mise en place encore faudra-t-il encore que nos deux jeunes récupèrent un peu.

Jeudi 09.

Arrivée de « Pakia Tea », catamaran (Pahi 53’) battant pavillon autrichien. Leur blog nous apprend que le bateau a été complètement relifté en Malaisie d’où ils sont partis pour faire le tour du monde. Sonja & Tom ont traversé l’Indien par le Nord (Andamans, Ceylan, Maldives, Chagos, Rodrigues, Maurice). C’est fou tout ce que l’on peut apprendre en un seul clic, de parfaits inconnus, au départ de leur blog …

Nous voilà donc 4 voiliers étrangers dans la baie : un solitaire Américain, un couple de Hollandais et maintenant un jeune couple avec un enfant, d’Autrichiens.

Tandis que les enfants allaient à la recherche de spots de plongée (Gauthier espère bien pouvoir plonger d’autant que Floriane est « Open Water » Padi), Ann et votre serviteur, profitant de l’absence de vent, ont hissé la GV pour s’assurer que celle-ci était à nouveau en ordre.

Du côté des réparations, rien trop à redire si ce n’est que j’aurais été plus perfectionniste pour certains détails et que j’aurais ajouté l’un ou l’autre renfort supplémentaire mais pas de quoi retourner la voile à la voilerie. Notre GV n’est plus d’une première jeunesse …

C’est au niveau de la remise en place des bosses de ris que je m’étais un peu planté mais tout est maintenant rentré dans l’ordre.

Vendredi 10.

Pour permettre à nos enfants de rayonner sur l’île, nous avons loué pour un mois, une petite voiture … juste la place pour 4 personnes ! Nous serons bientôt (6 + 2) mais impensable de louer un grand Van pour les quelques rares fois où nous voudrions nous déplacer tous ensemble.

Du même coup, nous en avons profité pour nous rendre à « Port Louis » pour faire prolonger mon visa. Comme nous sommes arrivés par bateau, nous n’avons eu droit qu’à un visa de 1 mois … alors que quand Ann est rentrée, en avion, de Bruxelles, elle a reçu un nouveau visa de 3 mois !! Il ne faut pas chercher à comprendre …

J’ai été surpris par la pauvreté de l’île que je pensais plus riche … encore que je suis certain que l’île abrite quelques grosses fortunes, les « Grands Blancs », comme les qualifierait l’une de nos connaissances qui se reconnaîtra sans peine.

La capitale « Port Louis » est un subtil mélange de taudis délabrés … avoisinant des immeubles luxueux. Le « Waterfront Caudan » entourant la marina est une vitrine pour la ville et l’animation y est intense.

La marina quant à elle, était un peu moins peuplée que lors de notre dernier passage mais les catamarans en sont toujours les rois. Une bonne chose que nous n’y soyons pas allés … impossible d’avoir la plus élémentaire intimité avec tous ces curieux qui arpentent les quais. Jouissif par contre, de jouer aux « curieux mal élevés » …

Au quai des douanes, nous avons vu trois bateaux dont « Gosi » que nous avions rencontrés aux « Cocos ». Si tant est que nous avons bien décrypté l’américain de Barbara & Tom … ils seraient maintenant 16 bateaux à « Rodrigues » où la place deviendrait un peu exigüe … motif pour lequel ils ont quitté l’île ! Nous devrions les voir arriver demain à « Grand Baie ».

Samedi 11.

Toujours aussi généreuse, Ann avait proposé à « Gosi » de leur baliser la passe pour rentrer dans « Grand Baie » … aussi, pas d’autre choix, que de se porter à leur rencontre avec l’annexe alors que la météo était franchement dégueulasse : large crachin bouchant tout l’horizon et vent !

Gauthier et Floriane étaient de la « virée » tandis que votre serviteur restait à bord pour protéger le bateau en cas d’attaque de pirates … on n’est jamais assez prudent !

Une demie heure plus tard, « Gosi » s’extirpait du crachin, précédé de notre annexe avec nos trois courageux, trempés jusqu’à l’os ! A mon grand étonnement, « Gosi » n’a jamais enregistré une profondeur inférieure à 2.80 m ! La marée était haute.

Ann leur avait donné rendez-vous au waypoint 19° 59’ 810 S – 57° 34’ 259 E qui correspond à l’emplacement d’une bouée signalant un haut-fond et de là, en droite ligne sur l’antenne blanche et rouge de la station des « Coast Guard » en tirant le cas échéant, sur tribord … aussi simple que cela ! Notre skipper nous a coûté à l’époque, 230 € … rouu…rouu…rouu !

Lors de notre passage, la bouée avait été retirée et n’a pas encore été remplacée depuis …

Bien que les conditions ne fussent pas bonnes, Gauthier a tenu à profiter d’une éclaircie pour monter dans le mât, changer notre feu de mouillage/tricolore … contrairement à votre serviteur, monter dans notre mât (25 m.) ne lui pose aucun problème !! Il n’empêche qu’avec ce vent fort et froid, il fallait oser … je l’admire beaucoup … c’est mon fils, je ne vous l’avais peut-être pas dit.

Bien évidemment, le travail qui devait être d’une facilité déconcertante, s’est révélé fort complexe au point que nous avons tous cru qu’il n’y arriverait pas … mais il y est parvenu … c’est mon fils, je ne vous l’avais peut-être pas dit.

Nous espérons maintenant que notre nouveau feu Led n’interférera plus sur l’AIS, la VHF et la TNT.

A peine arrivé, « Pakia Tea » est parti cet après-midi, pour un autre mouillage !

Dimanche 12.

Plongée (-25 m. – 46’ – 24° sur le fond) à quatre … sur le « Stella Maru » situé «Trou aux Biches » avec le club de plongée « Dive Dream Mauritius » (ancien centre de plongée fondé par Irène & Feroes et où nous avions passé une semaine en août 2008). Que de souvenirs et que de changements depuis lors …

Superbe plongée … même si j’ai joué au rémora avec Gauthier qui réalisait sa 7è plongée avec votre serviteur ! Ce n’est pas parce que c’est mon fils mais cela vous le savez maintenant … mais il est doué le petit ! Je souhaiterais qu’il suive un cursus normal de plongée mais je ne peux pas l’y obliger …

Floriane qui n’avait plus plongé depuis longtemps, s’est révélée très à l’aise dans l’eau … un vrai plaisir de plonger en sa compagnie.

Doucement, la baie se remplit de nouveaux venus avec « Yolo » (catamaran américain) et « Lop To » (voilier allemand). Tantôt, on finira par refuser du monde …

Lundi 13.

Jour J … notre fille Aurianne et toute sa petite famille arrivent pour le coup de 13.30 heures. Cela promet de remuer une fois les deux petits monstres à bord … mes enfants nous en ont fait un tel descriptif que je me demande parfois si je survivrai à cette épreuve !!

Le vent décoiffe méchamment ce lundi (normal, il y a du typhon dans l’air) mais grâce au Ciel, il fait beau. Se taper 14 heures d’avion pour arriver sous la pluie n’aurait pas été « top ».

Comme j’en avais marre que tout le monde me prenne pour Einstein avec ma tignasse hirsute, je suis allé me faire couper les cheveux au « Super U ». Pas causant le coiffeur … en tout et pour tout, j’ai enregistré trois grognements. Personne n’ose le dire à bord mais je suis à nouveau « rasé de près » … plus exactement, « c’est très court » comme on me le décrit diplomatiquement ! Enfin … cela repousse !

Bon … ce n’est pas le typhon attendu mais un petit tsunami tout de même. Ce fut aussi la valse des bagages : ils y avaient ceux qui rentraient dans le bateau et ceux qui en sortaient ! A partir de ce soir, Floriane & Gauthier vont dormir à l’hôtel. On aurait pu les faire dormir à bord en abaissant la table du carré pour la transformer en lit mais où auraient-ils rangés leurs affaires ?

Mardi 14.

La météo n’est pas avec nous … il fait venteux, nuageux et pas trop chaud pour un grand frileux comme moi. Malgré cela, Ann est partie à la plage avec les « petits » tandis que les enfants partaient en excursion dans l’île. Et votre serviteur ? Il essaie de se faire transparent pour qu’on l’oublie et joue au « watertaxi ».

La journée tire à sa fin et nous sommes toujours en vie !! A tout vrai dire, avec un peu d’autorité, les « petits » sont très sages et contrairement à ce qu’il m’avait été prédit, nous parvenons sans difficulté à les maintenir dans le cockpit et à éviter à ce qu’ils touchent à tout ce qui est à leur hauteur. Un jour n’est pas l’autre mais pour le moment, cela se passe bien.

Mercredi 15.

Journée « en famille » sur la plage … à laquelle je ne participe pas tant le risque de piraterie dans la baie, connaît une recrudescence depuis quelques jours !

Je m’étais engagé à passer un torchon à l’intérieur du bateau mais j’avais un peu perdu de vue que les « petits » faisaient leur sieste à midi en sorte qu’ils étaient tous de retour à bord que je n’avais même pas encore pris ma douche ! J’aime traîner tranquillement sans tenir compte d’un quelconque ordre de priorités. Pour le surplus, déjà en temps « normal », on a beau s’échiner à essayer en vain, de garder ce bateau propre alors maintenant …

Profitant d’une relative accalmie du vent, Gauthier est monté une fois de plus, en haut du mât pour tenter de remplacer notre girouette mécanique cassée depuis plus d’un an et demi …

Malheureusement, confirmant ce que je savais déjà, pas moyen de dévisser l’une des deux vis Halen (1,5) qui maintient le fouet de l’antenne RM sur laquelle la girouette est enfilée.  Incroyable comme les fabricants de tout poil ne tiennent aucun compte du fait que peut-être, un jour, la nécessité de travailler sur leur produit se fera sentir. Je ne vais quand même pas démâter juste pour remplacer ma girouette Windex …

Jeudi 16.

Nous avions programmé d’aller visiter « l’île aux Cerfs » en famille … aussi avions-nous rendez-vous à la station des « Coast Guard », avec le Van du tour opérateur pour 08.10 heures.

Assez étonnamment, c’est Floriane & Gauthier qui étaient en retard … la gêne vis-à-vis des autres participants d’autant qu’on ne parvenait pas à les atteindre. Mais à vrai dire, ils avaient une bonne excuse : la voiture de location était en panne de batterie et ils avaient dû faire du stop pour nous rejoindre !

Très long trajet pour atteindre la côte Est de l’île … les routes sont étroites et sinueuses, il est donc difficile d’avancer à bonne allure.

Une fois sur place, nous avons pris un « speedboat » pour atteindre l’île … moment choisi par la pluie pour faire son apparition ! La succession de plusieurs grains n’a pas été de tout repos car il n’était pas aisé de trouver à chaque fois, un abri …

« L’île aux Cerfs » correspond à un haut lieu du tourisme de l’île … et quelque part, on peut se demander pourquoi ? Certes, le site est très beau mais rien d’exceptionnel pour autant. Ce sont surtout les infrastructures touristiques qui font le charme de l’endroit au détail près que rien n’est prévu pour s’abriter de la pluie …

Nous avons repris le « speedboat » à 13 heures pour visiter une petite cascade plutôt sympa. Pour les « petits » ce sont surtout les singes et les chauves-souris qu’ils ont pu voir sur le trajet, qui leur resteront en mémoire.

Par chance, il a arrêté de pleuvoir dès midi et nous avons même eu droit à un peu de soleil dont nous avons été privés en dînant sous la tente … A noter que le barbecue était particulièrement bon et bien organisé.

A 16 heures, le « speedboat » nous ramenait à notre embarquement. Il s’en suivit un i-n-t-e-r-m-i-n-a-b-l-e trajet de retour.

Une excellente journée car nous étions en famille mais « l’île aux Cerfs » ne mérite pas, à mon avis, toute l’attention qu’on lui porte.

Vendredi 17.

Tandis que les enfants partaient en excursion, Ann s’occupait des « petits » … mon rôle essentiel se limitant une fois de plus, à jouer « watertaxi » pour tout le monde.

Météo toujours aussi maussade, les grains jouant avec les éclaircies plus ou moins longues. Comment peut-on avoir pour idée de venir passer ses vacances à « Maurice » avec une météo aussi changeante et incertaine, reste pour moi, un mystère !

Si je n’ai pas enregistré de nouveaux arrivants, il y a malgré tout du mouvement et notamment de la part de certains voiliers qui quittent la baie pour mieux revenir ensuite comme « Pakia Tea » ou « Botafogo » (Feeling 13.50 battant pavillon français).

Samedi 18.

Un vrai temps de chien … même Ann est d’accord avec moi, pour une fois ! Les grains se succèdent aux grains … le super pied quoi !

Difficile de rester à bord à attendre que cela se calme … aussi profitant d’une petite éclaircie, tout le monde est parti faire des courses à « La Croisette Grand Baie ». J’attends avec impatience leur retour …

L’après-midi, Ann allait à la plage de « Sunset Boulevard » avec les « petits » tandis que les enfants s’égayaient dans la nature, en couple.

La plage de « Sunset Boulevard » est non seulement très agréable et suffisamment animée mais surtout totalement protégée du vent et du fetch. C’est réellement un endroit idéal pour les « petits ».

Le soir, les enfants allaient en boîte de nuit …

Dimanche 19.

C’était prévu, c’était annoncé et c’est vrai … cela souffle avec des pointes jusqu’à 30 nœuds !! Aussi le fetch est-il important dans la baie mais par bonheur, il fait très calme sur le bateau.

Concours de circonstances, je n’ai jamais réalisé avec l’annexe, autant d’aller/retour entre « Sunset Boulevard » et le bateau !! Impossible de lire mon roman policier en toute quiétude …

Les enfants sont allés aux hippodromes de « Port Louis » renseignés comme un haut-lieu de l’île. La visite en valait la peine, paraît-il.

Lundi 20.

Météo inchangée … vent et grains restent le lot habituel de « l’île Maurice ». Et comme par malchance, c’est au moment précis où le dealer Volvo venait nous apporter nos filtres RACOR qu’un grain est passé au-dessus de nos têtes … joie !

Jour J pour Floriane & Gauthier qui prenaient un avion de retour pour Paris en fin d’après-midi et de là, retour à Bruxelles. Bien trop court séjour à bord où ils ont su insuffler une dynamique très enthousiasmante.

 

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Responses

  1. Super article!
    Floriane et moi même avons passé de vacances incroyables en votre compagnie.

    On est reparti la tête remplie de souvenirs et avons déjà hâte de revenir.

    Encore merci!

    Gauth et Flo


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :