Publié par : Ann & Stéphane | 6 mai 2015

22.04 au 06.05.2015 – Jakarta (Indonésie).

Mercredi  22.

La nuit fut très loin d’être confortable en raison d’une chaleur excessive et de piqures de moustiques qui m’ont démangé ! Il semblerait que quand nous sommes arrivés au ponton, j’ai été piqué sur tout le corps … à moins qu’il ne s’agisse de démangeaisons ayant une autre origine. Nous avions connu pire à « Boat Lagoon » (Phuket) et nous avions incriminé à une époque, le chlore de la piscine.

Après un solide petit déjeuner, nous avons élaboré la longue liste des choses à faire … effrayant ! Le soir, nous n’avions « qu’entamé » celle-ci. La mise à jour de notre blog prend toujours énormément de temps entre l’ultime correction du texte, la sélection des photos et leur mise en ligne.  

Profitant de l’expérience  de « Badoc », Ann a été réaliser un peu d’avitaillement auprès du Carrefour local, avec Marianne & Francesc.

Quand on est « stupide » … c’est pour la vie, paraît-il ! En voulant retirer avec un couteau trop pointu, une importante plaque de glace qui s’était formée sur le fond de notre frigo Miele … j’ai percé l’évaporateur !! LA méga, méga  catastrophe …

Après m’être battu avec différents Silicone et autres pâtes qui me passaient sous la main, je suis parvenu à en trouver une qui a résisté à la pression du gaz contenu dans l’évaporateur !!! Miracle … d’autant que la perte de gaz ne fut pas  très importante.

Ma réparation provisoire a l’air de tenir et le frigo fonctionne normalement … mais pour combien de temps ?  La seule solution selon « Miele Indonésie », est de changer l’évaporateur sauf que ce modèle n’existe pas en Asie et que la pièce doit donc venir d’Allemagne … 3 semaines de délai !! Nous examinons toutes les autres hypothèses dont celle de partir vers  l’île Maurice avec notre réparation provisoire !

NB. A quoi ne suis-je pas prêt pour rendre mes articles plus croustillants … j’espère que vous appréciez mes efforts ! Original l’idée du frigo … non ?

Le soir, nous avons tous ensemble été dîner  au restaurant de la marina. A part une autre grande table, nous étions les seuls … et pourtant la place ne manque pas ! Cette petite soirée nous a permis de mieux comprendre le formidable parcours nautique de nos copains sur leur RM 10 M.

Ceux-ci nous quittent demain à l’aube pour rejoindre un mouillage à 40 milles de « Jakarta » … gageons qu’ils partiront vers les « Cocos Keelings Islands » bien avant nous. En ce qui nous concerne, nous sommes bloqués jusqu’au moins le 4 mai en raison de notre tirant d’eau (il nous faut un fort coefficient de marée pour sortir de la marina) et de pièces que nous attendons.

Avec ce départ, nous nous retrouvons bien seuls !! J’étais persuadé que nous allions retrouver à « Jakarta » d’autres candidats à la traversée mais étrangement ce n’est pas le cas ! « Badoc » nous a parlé  d’un autre bateau qui entreprenait également la traversée mais ce dernier est déjà parti depuis plusieurs jours et devrait être actuellement aux « Cocos » … pourtant les guides nautiques recommandent d’attendre début mai.

Jeudi  23.

Après une nuit pas terrible en raison de la chaleur et de nouvelles démangeaisons, nous avions la surprise de voir par le hublot de coque de notre cabine  … une paire de jambes masculines en train de se faire huiler !!  Si encore les jambes avaient été féminines, j’aurais sans doute apprécié le spectacle mais en les circonstances …

En jetant un œil à l’extérieur, nous ne serons pas autrement surpris de comprendre que notre bateau servait de toile de fond à des photos publicitaires. Il ne s’agit pas réellement d’une première … notre bateau est souvent pris en photo.

Plus tard, en ouvrant les fenêtres, je relève avec horreur, des particules de suie disséminées un peu partout dans le carré !! La marina est adossée à un port de commerce réservé aux petits tonnages. Il s’agit beaucoup de vrac.  Les nuages de poussière sont donc fréquents et malheureusement, le vent vient de ce côté-là, pour l’instant.

Le pire de la situation reste que nous en arrivons à la conclusion que nous devons vivre à bord avec tous les hublots fermés ! Effarés de voir les dépôts de poussière, nous en arrivons même à nous poser la question de porter des masques respiratoires …

Depuis hier soir, nous avons entrepris de charger nos nouveaux fichiers MaxSea et Navnet (cartographie électronique) … puisque nous allons attaquer la traversée de nouvelles régions. La procédure est cette fois (!) tellement longue que nous ne terminerons le travail que le lendemain !

Comme nous ne pouvons pas passer des heures derrière notre écran d’ordinateur pendant que cela charge … nous en avons profité  pour réaliser  le nettoyage bien nécessaire du carré. Au vu des températures étouffantes, nos périodes de travail étaient plus courtes que nos pauses …

Vendredi  24.

Je suppose que nous commençons à prendre le pli mais la qualité de nos nuits s’améliore doucement. Malgré toutes nos précautions et  l’emploi régulier d’un insecticide, les moustiques restent une plaie. Nous en tuons une petite dizaine, chaque jour.

Nous aurions peut-être été bien inspirés de commencer par là mais « mieux vaut tard que jamais » … nous avons procédé à un bon dessalage de notre bateau et le résultat est fort plaisant. A « Nongsa Point Marina »,  notre coque avait été polishée, lustrée, bichonnée par une équipe de pros… un vrai régal pour les yeux. Qu’en reste-t-il  à « Jakarta » ? Absolument rien !  A en pleurer.

Comme la veille, nous avons mis quelques instants,  le « nez dehors ».  La zone immédiate qui entoure la marina, est … indescriptible et surprend par son total décalage avec la marina. Ce n’est pas un bidonville car il y a des constructions en dur mais cela n’en est pas loin quand même ! La proximité immédiate du port de commerce rend de surcroît, la circulation plutôt dense et l’air  fort pollué … l’endroit idéal pour implanter sa seconde résidence.

Si « Badoc » a peut-être eu raison de ne pas s’éterniser en la marina, il a mal choisi son jour pour partir ! Hier, il s’est tapé 25 nœuds de vent debout et a déchiré son génois … et aujourd’hui, le vent souffle en violentes rafales.

Samedi  25.

Evidemment j’avais parlé trop tôt de la douceur de nos nuits … en milieu de nuit, nous avons tous les deux été réveillés par de furieuses démangeaisons cutanées et découvert que notre cabine était infestée de moustiques ! Ce n’est plus une plaie … c’est un fléau.

Nous avons visité « Jakarta » … mouais, bon … le mot « visiter » est un bien grand mot puisque nous avons pris un « taksi » qui nous a déposés à l’entrée de « l’Indonesia Plaza » (gigantesque mall  commercial à ramifications tentaculaires).

Ce que je retire comme impression de « Jakarta » ? Avec plus de 10 millions d’habitants, la ville est très étendue, la circulation y est très dense et je ne pense pas que le permis de conduire y soit obligatoire … A côté des beaux quartiers et des centres commerciaux magnifiques, tout est d’une crasse et d’un délabrement incroyable et plus on se rapproche des zones portuaires et pire c’est.  La pollution est très palpable.

En fin d’après-midi, nous sommes rentrés au bateau où une surprise désagréable nous attendait : notre frigo était en panne ! C’est au moment même où nous pensions que ma réparation provisoire allait tenir sans problème jusque l’île Maurice que nous avons dû nous rendre à l’évidence. Malheureusement, nous avons déjà perdu un temps précieux et nous devons impérativement avoir quitté la marina pour le 07 mai au plus tard …

Cette histoire de frigo nous a carrément sonnés et la soirée risqua un moment, d’être fort lugubre. Par chance, nous avons passé deux films distrayants et le moral est remonté en flèche. Rien n’est plus insupportable que de se retrouver en plein week-end lorsqu’il faut agir …

En vue de la nuit que nous avions à passer, nous avons établi toute une stratégie « anti-moustique » : barrières Nadar, herses, barbelés, filets, autopompe et tout le toutime … le grand jeu, quoi ! Je sais que vous ne le croirez pas mais cela a marché : pas de démangeaison, pas de moustique et un sommeil de plomb. Mouais, bon … j’ai failli me noyer dans ma combinaison de plongée étanche  et Ann a failli s’étrangler avec le filet anti-moustique en lequel elle s’était emmaillotée … mais cela fait partie des risques « collatéraux ». 

Dimanche  26.

Visite de la vieille ville hollandaise « Kota ». Pas d’excitation démesurée svp … le vieux quartier hollandais se limite touristiquement à une énorme place où les promeneurs du dimanche viennent parader et se restaurer en famille.

Nous y avons eu notre petit succès en tant « qu’animaux exotiques » … de vraies bêtes de foire !  Nous ne pouvions pas faire deux pas que quelqu’un nous demandait de poser avec lui pour la photo ou de répondre à une interview. Il s’agissait de jeunes écoliers qui avaient sans doute reçu comme devoir, d’interviewer des étrangers. A la fin, nous connaissions toutes les questions par cœur.  

A force de se déplacer  en « taksi », nous avons fini par comprendre que la meilleure façon de faire, consistait à demander au chauffeur qu’il mette son compteur !! Je sais que cela peut paraître incroyable mais lorsqu’on demande le prix de la course avant de monter, le tarif est toujours beaucoup plus élevé que la même course au compteur.

« Batavia Marina » n’est pas ce que l’on peut appeler une marina très « animée », ni surpeuplée … il suffit de regarder son parking !  Les bateaux présents ne bougent absolument pas et on ne voit aucun nouvel arrivant ! On comprend aisément comme notre arrivée a pu susciter l’effervescence.

 Malgré cela, il y a de nombreux  « locaux » sur les bateaux et le bar/restaurant de la marina drainent quotidiennement quelques égarés. Le personnel de la marina est extrêmement gentil. Si on ajoute au tableau, les bruits en provenance du port de commerce (hier, c’étaient des porcs qui hurlaient)  … cela donne à l’ensemble, un semblant d’animation.

La marina protège excessivement bien les bateaux et les infrastructures bien qu’un peu vieillottes, sont de bonne qualité … on peut donc affirmer être bien installés (même s’il n’y a pas de piscine).

Lundi  27.

Hier soir, nous avons sorti tout le toutime sauf l’autopompe que nous avons laissée au garage … et cela a marché une fois de plus !! Nous avons passé une excellente nuit sans démangeaison et sans moustique même si  j’en ai vu deux dans notre salle d’eau, ce matin. Si la méthode s’avère efficace sur le long terme, je vous ferai part de notre recette mais celle-ci n’en est qu’à son stade « expérimental ».

Depuis maintenant deux ou trois jours, la météo est assez maussade avec de fréquentes petites pluies. Quant au vent, malgré que nous soyons dans le fin fond de la baie et protégé de toute part,  le vent parvient malgré tout, à faire envoler notre petit déjeuner ! Cela me console un peu d’être bloqué à la marina car il s’avère que les conditions sont loin d’être tentantes (plus de 40 nœuds)  pour partir sur les « Cocos ». Selon nos dernières nouvelles, « Badoc » est bloqué à son mouillage.

Le moral n’est pas particulièrement au beau fixe et nous manquons surtout de nouvelles lectures pour nous occuper l’esprit !  Aussi, chaque jour, je m’astreins à un nouveau bricolage parce que cela doit être fait et que cela nous fait prendre notre mal en patience. Nous pourrions visiter mais cela n’a jamais été ma tasse de thé … je n’aime pas m’éloigner trop longtemps de notre bateau. Une  promenade champêtre ou une petite sortie nocturne  … voilà qui me raviveraient particulièrement mais l’endroit ne s’y prête absolument pas.  Le « centre-ville » est par ailleurs, très éloigné.

Pour beaucoup de plaisanciers, le bateau n’est qu’un moyen de locomotion comme un autre (le plus lent qu’il soit possible d’imaginer …). Ceux-là sont toujours prêts à l’abandonner pour une excursion, une visite, une course … pour tout et n’importe quoi  le plus souvent.

 « S.A.S.³ »  est une finalité à lui tout seul et ce qui ressemble de plus en plus à un « tour du monde » n’est qu’un prétexte, un simple contexte en lequel il évolue car il ne peut être perdu de vue qu’il a été taillé pour le grand large et qu’il serait dommage de le limiter à quelques petits ronds dans l’eau.

Mardi  28.

Nous attendons toujours notre premier envoi Fedex … il était prévu que notre paquet arriverait hier soir du moins avons-nous payé le tarif le plus élevé pour qu’il en soit ainsi. « Il est bloqué au niveau de la douane » … la belle excuse. Publicité mensongère et tarif malhonnête … voilà la réalité. Malheureusement, nous dépendons de Fedex qui exploite notre éloignement.

Alors que nous terminions péniblement l’entretien de notre moteur principal … « Eva » de notre agent en douanes local, faisait son apparition. Cela fait plusieurs jours qu’elle nous téléphone quasi quotidiennement pour nos formalités. Ce matin, elle nous a téléphoné à 6 heures pour nous prévenir de son passage !! En fait, nous avons appris qu’elle ne travaille pour notre agent en douanes que depuis trois mois …

Nous finissons par regretter d’être entrés « légalement » dans le pays !! Depuis lors, on nous casse les pieds parce qu’à chaque endroit où nous faisons halte, nous devons, en principe, avertir  les autorités (douanes et  immigration) de ce que nous sommes arrivés … et ensuite, de ce que nous partons !! Un vrai cirque parfaitement inutile  mais qui occupe quelques fonctionnaires qui s’ennuient à mourir derrière leur bureau.  Evidemment, leurs bureaux sont de l’autre côté de la ville … qu’est-ce que vous alliez donc imaginer !

Grâce ou à cause de « Eva » qui ne nous lâchait plus au point de venir chercher Ann pour faire avec elle, les formalités, nous sommes maintenant « en ordre » et pour notre départ, il nous suffira de remettre nos passeports à « Eva » qui s’occupera du reste.

La plupart des plaisanciers rentrent tout simplement, « illégalement » dans le pays car il n’y a pas le moindre contrôle … mais évidemment comme le pays a tendance à fusiller les étrangers pour un oui ou un non, cela fait réfléchir ! Selon la version officielle, il s’agit de trafiquants de drogue mais parmi ceux-ci, se retrouve un soudeur français qui était au mauvais endroit, au mauvais moment.

Mercredi  29.

« La vie est une longue tartine de merde dont on en mange chaque jour, un bout … avec certains jours, de la merde des deux côtés. » Ce n’est sans doute pas très poétique mais la vie peut parfois se concevoir sous cette forme … sur un bateau !

Heureusement, il  y a le carême, les vendredis sans viande, les régimes, les bonnes résolutions, les jours de chance etc. qui font que certains jours, on échappe au « pain quotidien ». Ce mercredi semble faire partie de ces exceptions qui font tant de bien pour le moral.

Imaginez  1.que nous avons reçu notre premier paquet Fedex, 2. que j’ai pu réparer notre compteur de chaîne d’ancre et 3. que mon PC portable peut à nouveau télécharger ses mises à jour grâce à un petit génie de l’informatique qui travaille dans le bâtiment de la marina … qu’est-ce qu’on dit ? Merci, petit Jésus.

Comme c’est à  Ann que je dois tous ces bienfaits, je pense que je vais l’inviter au restaurant ce soir … et pourquoi  pas, un Mac Do pour changer ! Pour ne pas changer justement … nous avons été au BBQ du restaurant de la marina où nous n’étions pas les seuls à festoyer ! Une myriade de moustiques attaquait ma jambe droite tandis qu’une autre myriade attaquait ma jambe gauche. J’ai failli m’encourir à toutes jambes lorsqu’une troisième myriade s’est attaquée à mon bras gauche. Totalement stupide aussi de ma part de rester en T-shirt et short … Stupide pour la vie avez-vous dit ?

Jeudi 30.

« Une longue tartine de merde … »  … il n’aura pas fallu attendre longtemps pour retomber  dans  le « quotidien » ! Cela a d’abord démarré avec la jauge basse pression du déssalinisateur … je me suis  rendu compte que la nouvelle jauge arrivée avec Fedex, ne correspondait pas  exactement à celle de notre appareil.  Cela a suivi avec la pile de notre détecteur d’alarme  arrivée également avec Fedex, qui ne correspond pas non plus à celle dont nous avons besoin  … et cela s’est terminé en apothéose avec notre PC portable qui ne parvient à nouveau plus, à télécharger ses mises à jour.

Mais aujourd’hui, la tartine avait de la merde sur ses deux faces … pas de connexion internet durant tout le temps où nous avons essayé d’envoyer un E-mail pour notre problème de jauge.  Et vous ne me croirez pas lorsque je vous préciserai que la connexion internet s’est rétablie comme par miracle, quelques minutes après l’envoi de notre E-mail par un autre canal !

Après avoir attendu, en vain, tout l’après-midi, le passage de notre petit génie de l’informatique, Ann est allée le chercher. Nous avons alors compris que notre petit génie n’en était pas un et qu’il n’avait rien réparé du tout …

Moralité de cette journée : une nouvelle est « bonne » ou « mauvaise » uniquement  selon l’angle avec lequel on la regarde. La « bonne nouvelle » était que la nouvelle jauge était arrivée et la « mauvaise nouvelle » était qu’elle ne correspondait pas à celle attendue … faites votre choix.

Vendredi  01.

J’ai  le très net sentiment que partout où nous allons, nous sommes confrontés à  toutes les fêtes qu’elles soient religieuses ou non, qu’elles fassent partie de l’histoire du pays ou d’un autre, peu importe … c’est jour férié tous les jours de la semaine !! Il est impossible d’avoir un suivi de quoi que ce soit sans se taper un week-end et/ou un jour férié qui rallonge le délai … c’est affolant.

Que ce soit pour tromper l’ennui ou pour seulement patienter (nous attendons encore et toujours notre second paquet Fedex …), nous avons entrepris de nettoyer notre bimini et de l’imperméabiliser ! Enfin … d’essayer de l’imperméabiliser. Surprenant mais il est impossible de trouver un produit imperméabilisant en ces régions … nous avons dû le faire venir de Belgique.

Chaque jour, nous relevons comme le soleil est nuisible à la peinture, aux joints, aux tissus, aux couleurs … sans parler de la peau ! Certes, tout le monde le sait mais comme nous venons de pays « tempérés », nous en prenons beaucoup moins conscience  qu’ici, à hauteur de  l’Equateur.

Nous en avons profité pour passer un coup d’eau sur tout le bateau. C’est à peine si on le reconnaissait sous la couche de poussière dont il était recouvert ! La poussière s’infiltre partout … un vrai cauchemar alors même que nous n’ouvrons plus nos hublots et capots !

Samedi  02.

Même si nous y avons cru naïvement un moment, la livraison de notre paquet Fedex ne sera pas pour aujourd’hui … et demain, c’est dimanche ! Joie.  Ce second paquet contient le nouvel évaporateur pour notre frigo. Nous l’avons commandé lundi et il est arrivé chez Miele Belgique, le lendemain. Le jour même, notre fille allait le chercher chez Miele pour le porter chez Fedex  …

Le seul trafic que connaît la marina, est celui des gros bateaux à moteur qui viennent faire le plein. Aujourd’hui, nous avions droit à « Azimuth  116’»  aussi  impressionnant que laid … une vraie boîte à conserve.

Que le temps me paraît long avant de pouvoir reprendre la mer et voguer vers d’autres horizons. Les chaleurs quoi que légèrement inférieures à celles de « Phuket », restent malgré tout difficile à supporter … vivement un peu de fraîcheur.

Dimanche  03.

Aaaaah, il fait chaud, il fait bon, enfin, enfin, enfin  … un peu de chaleur !!

Non … je ne suis pas tombé sur la tête …  cela fait depuis plus d’une heure que je grelotte !!

Que je vous explique … mais pour cela, un petit retour en arrière s’impose.

Histoire de nous changer un peu les esprits, nous avions décidé d’aller nous promener au parc. Vous savez … ces grandes étendues verdoyantes avec des lacs, des sous-bois et des plantes de toutes les couleurs. Rien que l’idée de pouvoir humer toutes ces odeurs  merveilleuses, j’en salivais à l’avance.

« Au Monas » a dit Ann, au chauffeur de taxi.

Une bonne demi-heure plus tard (et encore ce fut rapide cette fois-ci  car il a pris le périphérique), le taxi nous déposait au pied d’une énorme tour (115  m.) flanquée d’une flamme (olympique ?) en son sommet. Tout autour … de larges boulevards  disputés par tous les camelots du coin. Si l’espace y est … cela manque sérieusement de « décorum ».

Pour accéder à la tour, il faut d’abord prendre un ticket et emprunter un long tunnel !! Pas bien compris l’utilité de ce tunnel qui mène à l’extérieur de la tour. Ensuite, il faut impérativement passer par  le sous-sol de la tour pour accéder à l’intérieur !! Mais bon … comme je dis toujours … pourquoi faire simple là où on peut faire compliqué.

Dans le sous-sol qui fait penser à un immense hall de gare, bon nombre de visiteurs pique-niquent tranquillement ! Original comme idée … n’ont certainement pas connu les bombardements de 40-45 … quelle misère tout de même de se priver de la nature et du soleil. Enfin … il en faut pour tous les goûts.

Arrivés au rez-de-chaussée, nous comprenons très vite qu’il faut faire la file pour prendre un nouveau ticket pour accéder au sommet de la tour. Seulement voilà …. Il y en avait pour plus de deux heures de file !

Alors que nous avions décidé d’abandonner notre projet, un préposé du « Monas » nous propose une « visite expresse » !! Cela faisait la deuxième fois qu’on nous proposait une « visite expresse » sans en comprendre la réelle portée. Bien entendu, quand nous avons vu la file, nous avons compris que moyennant un « droit » de 100.000 roupias/personne … nous passions devant tout le monde sans prendre d’autre ticket … direct au sommet de la tour !

Ce que je n’ai toujours pas compris c’est comment nous nous faisons repérer si facilement alors que je dis toujours à Ann … « on se mêle à la foule, on se fond dans la foule, on adopte la couleur locale ». 

La vision qu’on a de la ville, mérite certainement le détour  … c’est la ville qui ne mérite pas la vision ! Mais une fois encore, les goûts et les couleurs …

Après la visite « expresse » du  « Monas », nous nous sommes mis en quête d’un « Mac Do » … juste au moment où un orage a éclaté au-dessus de nos têtes. C’est donc trempés comme des soupes que nous avons fait irruption dans le fastfood où l’airco fonctionnait  à fond.  Glaglagla … glaglagla …. glaglagla. Une honte ! Attraper la crève alors que le matin même je pestais une fois de plus, en me liquéfiant sur place …

Trouver un taxi pour vous mener en le centre-ville, ne pose jamais problème … mais trouver un taxi pour vous ramener à « Batavia Marina », est une autre histoire ! Le troisième taxi fut le bon … Il pleuvait toujours lorsque nous étions de retour à bord … l’occasion de constater que notre imperméabilisation du bimini était plutôt une réussite !!

Lundi  04.

Arrivé jeudi passé à « Jakarta », nous pensions recevoir notre paquet Fedex, au moins  ce lundi … c’était sans compter  avec  le caractère parfaitement buté des fonctionnaires de Fedex !  Que je vous explique parce que cela en vaut réellement la peine …

Sur notre premier paquet Fedex, notre fille avait inscrit « boat in transit » car normalement, nous n’avons pas à payer de droits de douane. Ceux-ci nous furent malgré tout réclamés et nous les avons réglés au chauffeur Fedex venu livrer le paquet  à la marina.

Sur notre second paquet Fedex, il semblerait que cette mention n’y figure pas ou pas au même endroit et cela change du tout au tout pour Fedex !!! Non seulement, les droits de douane nous sont une fois de plus réclamés … mais de surcroît, nous devons les payer sur un compte en banque de Fedex avant que ceux-ci ne daignent aller chercher notre paquet à la douane … En clair, nous allons perdre 24 heures supplémentaires !

Pourquoi  cette différence de procédure entre les deux paquets ? Simple, mon cher Watson … parce que dans le premier cas, le colis était adressé à la société « boat in transit » et pas dans le second cas !! On a parfois un peu de mal à assimiler la culture indonésienne … Notez que j’aimais bien les Indonésiens mais je crois que je vais en étrangler deux ou trois avant mon petit-déjeuner.

Journée Fedex semble-t-il ! Il ne se passe pas une minute sans que nous n’apprenions une « nouveauté » de leur part … c’et un vrai roman en life. La dernière en date … notre paquet sera ouvert par la douane demain matin ! Merci de nous prévenir … si nous avions quelque chose à cacher, nous aurions eu tout le temps de mettre les voiles ! Je ne comprends quand même pas pourquoi depuis jeudi, la douane n’a pas déjà procédé à ce contrôle ? Simple mon cher Watson, parce que la douane attendait que les droits soient payés …

Si nous pensions bénéficier d’une quelconque garantie de livraison de la part de Fedex … nous en sommes pour nos frais. A Bruxelles, il nous est répondu simplement qu’ils regrettent mais qu’ils ne sont pas responsables de la culture locale … « un crétin prévenu en vaut deux » !

Mardi  05.

Toujours pas de paquet Fedex et très bientôt, nous serons partis sans lui !  Depuis quelques jours, nous vivons Fedex, nous mangeons Fedex, nous dormons Fedex, nous b…… Fedex au point que tous ces petits fonctionnaires sans conscience professionnelle (oups ! c’est de la redondance que je fais  là) font maintenant intégralement partie de notre vie. Rien qu’au son de leur voix, nous les reconnaissons immédiatement … ils nous manqueront lorsque nous quitterons « Jakarta ». Mais je me console à l’avance … je les retrouverai tous dans mes pires cauchemars.

Le plus marrant dans l’histoire reste que si nous partons sans avoir été en mesure de prendre livraison de notre paquet … celui-ci sera réexpédié à Bruxelles où nous pourrons le récupérer moyennant le paiement de divers frais !  Si ce n’est pas beau tout cela … une petite escroquerie de plus à accrocher  au tableau de Fedex mais qui s’en soucie à part le pauvre pigeon de client … c’est-à-dire « vous » qui me lisez en souriant béatement et  qui, un jour ou l’autre, aurai à faire à Fedex.

Notre paquet Fedex nous a été livré, en finale, vers 21 heures mais cela n’a pas été sans heurt !! Que je vous raconte car c’est très instructif pour vous … un jour vous verrez que vous repenserez à  notre mésaventure.

En milieu de journée, nous avons reçu l’assurance de Fedex que le paquet nous serait livré le jour même mais impossible de savoir à quelle heure. Effectivement, le tracking du paquet signalait que celui-ci était dans la camionnette de livraison.

En fin d’après-midi, Ann relève sur le tracking que notre paquet était retourné chez Fedex « car le client avait refusé de payer les droits » !!! Vous devez savoir qu’il s’agit d’un coup vieux comme le monde … lorsque le chauffeur souhaite écourter sa tournée, il indique pour les paquets non encore livrés  que « le client n’a pu être atteint à l’adresse indiquée » ou un message du genre de celui du nôtre.

Par chance et malgré l’heure tardive, Ann a pu atteindre quelqu’un chez Fedex qui  après vérifications, l’a assurée qu’il s’agissait d’une … « erreur ». Tu parles …

Comme le paquet n’arrivait toujours pas … Ann retéléphone chez Fedex , depuis la marina où elle attendait de pied ferme. Cette fois, une stupide pinbèche  lui affirme que la livraison n’aura plus lieu le  jour même !! C’est alors que « mon écureuil des mers » a laissé éclater sa fureur … mais rien de tel que le véritable coup de gueule de la pourtant charmante manager de la marina qui a clairement fait comprendre à la stupide pinbèche que le colis avait intérêt à arriver presto …

Le résumé de cette incroyable odyssée de notre second paquet Fedex est le suivant :

  1. Nous avons payé le prix fort pour un service « express » soit une livraison en les 2-3 jours … et le paquet a mis plus de 8 jours pour nous atteindre après un nombre incalculable d’appels téléphoniques et d’énervements sans nom.
  2. Nous avons dû payer des droits de douanes alors que notre statut de « boat in transit » ne le justifiait pas.
  3. Nous avons dû verser sur le compte en banque de Fedex, les droits de douane pour que la procédure de livraison se mette seulement en route … et nous avons dû payer au livreur, de nouveaux frais surprises. L’arnaque totale …
  4. Notre plainte auprès de Fedex Belgique, n’a jamais reçu le moindre suivi !

Mercredi  06.

Notre vie est devenue un long fleuve de merde qui s’écoule tranquillement … comment mieux expliquer notre situation actuelle ?

Les techniciens Miele étaient présents même un peu en avance sur l’heure, Ann  avait réalisé un dernier avitaillement destiné au frigo, la douane et la quarantaine étaient venus nous faire un petit coucou avant notre départ prévu pour ce soir (marée haute oblige) … la vie se présentait sous ses meilleurs auspices.

Quand j’ai vu les techniciens Miele remonter  exactement tout ce qu’ils avaient démonté alors que notre nouvel évaporateur était toujours sur la table du carré … j’ai senti le vent tourner.

L’évaporateur n’est qu’une mince plaque munie d’un serpentin pour le gaz, qui se fixe dans le fond du frigo par quatre vis … deux tuyaux à raccorder et c’est tout.

Selon Miele, notre frigo doit partir en atelier pour placer le nouvel évaporateur et tout cela ne pourra être réalisé que pour mercredi prochain … 7 jours pour remplacer un évaporateur !!! Nous avons été à deux doigts de les envoyer à la gare mais rien que l’idée de faire toute notre traversée sans frigo et d’avoir à compter sur le dealer Miele de l’île Maurice pour notre réparation, nous avons baissé les bras …

Nous leur avons confirmé qu’ils pouvaient donc embarquer notre frigo … mais ils doivent revenir demain car ils étaient sans camionnette !! Aaaaah le beau pays qu’est l’Indonésie …

Vous pourriez croire que nous sommes anéantis … même pas, nous devenons totalement blindés et si vous me prédisiez  que nous serons toujours à la même marina, l’année prochaine … je vous croirais sans hésitation.

« Badoc » poursuit pour sa part, sa descente du « Détroit de la Sonde » … mais est-ce bien raisonnable lorsqu’on a un rat à bord et que chaque jour, on relève un peu plus l’étendue des  dégâts : deux fils électriques, un tuyau d’eau chaude et  un tuyau du déssalinisateur, à ce jour ! Marianne & Francesc ne comptent pas entamer la traversée avec ce rat à bord mais par contre, ils descendent toujours et atteignent des zones inhabitées …

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Responses

  1. J’aurais aimé être une petite souris afin de voir ta tête (et surtout d’entendre tes rdnnnnn……tdjeu….) quand d’un geste….maladroit, tu as pourfendu la plaque de ton frigo.

    • Une « souris » à notre bord !! Mon Dieu, mon Dieu, tu as des idées suicidaires ??


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :