Publié par : Ann & Stéphane | 23 avril 2014

01 au 21.04.2014 – Bundaberg encore et toujours.

Mardi 01.

Pas de poisson d’avril mais toutes les difficultés de la terre à mettre en ligne une série de photos illustrant le dernier article du blog ! Alors que nous avions en arrivant à « Bundaberg », une connexion internet extraordinaire, celle-ci semble se détériorer avec le temps qui passe !!

Passage obligé par le coiffeur de « Burnett Heads » pour votre serviteur que la chevelure ébouriffée par le vent, faisait ressembler à Einstein. Mouais, je sais … cela me donnait enfin l’air intelligent.

Mercredi 02.

Nous nous sommes transformés en « petites fées du logis », le temps de quelques heures pour nettoyer l’intérieur du bateau … mon Dieu que je déteste cela !

Et comme une « joie » en entraîne une autre … en voulant prendre mon vélo pour ma ballade quotidienne de fin d’après-midi, je relève que mon pneu avant est à nouveau plat ! Par je  ne sais quel mystère, la chambre à air est maintenant crevée juste à hauteur de la pipette réparée ! Je suis bon pour en changer …

Jeudi 03.

Il y a plusieurs moments de la journée que j’adore tout particulièrement. Il en va ainsi du petit lever lorsque le soleil inonde la cabine de ses rayons et qu’ensuite, je joue au jeu des 7 erreurs. Je suis fanatique de ce jeu !

En quoi cela consiste-t-il ? Simple … chaque matin, je fais le tour d’horizon du bateau et le jeu consiste à relever ce qui la veille était encore là ou au contraire, qui n’était pas encore là, la veille.

Contrairement à ce qu’il pourrait paraître, ce n’est pas évident du tout ! Ainsi, hier matin, l’énorme drague qui voisinait notre ponton, a tout simplement disparu. Vous ne le croirez sans doute pas mais ce n’est qu’en fin d’après-midi que je m’en suis rendu compte ! Et je ne vous parle évidemment pas de nos voisins de ponton.

Vous vous rendez compte comme nous sommes des « retraités » faciles à contenter ! Un rayon de soleil, un peu de chaleur humaine, une simple barquette et voilà que nous nous inventons tous seuls, des jeux idiots pour occuper notre temps.

Vendredi 04.

Si le dimanche est le Jour du Seigneur, le vendredi est celui pour Ann, des courses d’avitaillement à « Bundaberg » … ma matinée de congé en quelque sorte ! Aie, ouille … mais qu’est-ce que j’ai encore dit de mal … aie, ouille.

Je crois qu’il est parfaitement inutile de vous dire combien il fait beau et chaud car vous allez finir par me traiter de « vieux schnock » qui radote tous les jours, la même chose. Et n’accordez surtout aucun crédit aux météorologues qui vous affirmeront sans doute conformément à leurs prévisions, qu’il pleut à « Bundaberg ». C’est éventuellement lorsqu’ils annonceront des chutes de neige que nous penserons à sortir nos imperméables !

Journée sans incident particulier (eh oui … il nous arrive aussi de temps en temps, d’avoir une journée comme Monsieur tout le monde) si ce n’est notre voisin à moteur (Selene 53′) parti faire le plein de diesel. Rien de bien extraordinaire sauf qu’en manœuvrant il a tenu à nous dire que nous avions « a very beautiful boat ». C’est incroyable mais si jusque là, je le trouvais pas antipathique mais pas sympathique non plus, mon opinion sur lui a radicalement changé ! Comment ai-je pu ne pas me rendre compte plus tôt comme il était si sympathique ? 

Le soir, nous recevions à dîner à bord, Koene de « Flash V » qui repartait pour la Belgique, le lendemain matin. Très sympathique soirée comme toujours.

Samedi 05.

Météo inchangée. Vous admirez le ton plein de compassion pour vous, pauvres Européens qui luttez tous les jours contre la grisaille, le froid et la pollution. Je suis de tout cœur avec vous.

Comme chaque samedi depuis quelques semaines maintenant, nous avons eu droit au passage de la petite régate locale qui pour une fois, était plus homogène qu’à l’habitude avec uniquement des dériveurs légers en compétition.

A 18 heures(les Australiens dînent à cette heure là !), nous avions à bord pour un « apéro dînatoire », Pam & Brian qui habitent « Bargara »! C’est par le biais de Koen de « Flash V » que nous avons fait leur connaissance.

Brian, anthropologue universitaire, avait été chargé en son temps, par son gouvernement du programme d’aide aux aborigènes tandis que Pam était psychologue. Ils habitaient auparavant « Darwin ». Pam se débrouille pas mal en français et surtout aime bien parler notre langue … ce qui est assez rare que pour le signaler.

Il y a quelques années, ils ont fait l’acquisition d’un voilier que Brian restaure amoureusement depuis lors et qui se trouve au sec à côté de « Flash V ». Son bateau n’a pas encore de nom mais devrait s’appeler « Laura ».

Dimanche 06.

Météo inchangée … on cuit sous le soleil !

Insensiblement, le nombre de visiteurs augmente à la marina de « Bundaberg ».On sent que la « bonne saison » sonne à la porte et que la migration vers le Nord va petit-à-petit reprendre ses droits. Il ne s’agit encore que d’un frisson  mais l’arrivée de « Giggles » HR42′ hollandais en provenance de « Brisbane » est par exemple, un signe qui ne trompe pas.

Autre constat étonnant … les arrivées de nuit à la marina ne sont pas exceptionnelles ! Il faut reconnaître que le chenal d’accès à la marina part de plusieurs milles en mer et est très bien balisé.

Petite parenthèse … comme astuce qu’il est bon d’avoir à l’esprit lorsqu’on navigue, retenez que mettre un pain au frigo rallonge considérablement sa durée de vie ! Sous les tropiques, le pain a une fâcheuse tendance à ne pas se conserver …

Lundi 07.

Si le soleil est toujours bien présent malgré quelques nuages, nous avons eu droit à un sérieux coup de vent qui est malgré tout monté jusqu’à 32 nœuds !

Qu’en ces conditions, il existe des inconscients pour ne pas dire des imbéciles, pour prendre la mer sous prétexte d’un rendez-vous ou l’autre, n’est plus depuis longtemps, pour m’étonner. C’est donc sans réelle surprise que j’ai vu appareiller un Bavaria 44′ qui était à la marina depuis quelques jours !

L’arrivée en fin de journée d’un gros « promène-couillon » (Princess 82′) avec une dizaine de personnes à son bord, ne manqua pas pourtant de me surprendre. Le fait est que le lendemain, il restera prudemment à la marina …

Comme la marina de « Bundaberg » ne sait plus trop quoi entreprendre pour attirer plus de plaisanciers, elle avait organisé pour 18 heures, un barbecue sous le prétexte de permettre aux plaisanciers présents de faire mieux connaissance.

Sympathique initiative encore que ce ne soit pas spécifiquement son rôle … nous n’y avons pas trouvé cette fois, l’ambiance espérée en sorte que nous ne l’avons pas fait longue !

La marina présente bien des avantages et son chantier naval attire manifestement  beaucoup de bateaux venant d’autres marinas ou mouillages. C’est en quelque sorte l’un de ses meilleurs atouts mais elle doit encore faire des efforts pour compenser son éloignement de « Bundaberg » et ceci nécessite des budgets dont elle ne dispose pas pour l’instant. Je reste convaincu que la construction de grands ensembles immobiliers sur les terrains aux alentours de la marina, changerait radicalement la donne et casserait son isolement. Il semblerait qu’un jour cela pourrait devenir une réalité.

Mardi 08.

Les journées passent et se ressemblent beaucoup en ce moment. Mais plus le temps passe et moins j’ai envie de quitter la marina de « Bundaberg » d’autant plus qu’à l’approche de la « belle saison », l’animation se fait de plus en plus présente sur les pontons. Alors que jusqu’il y a peu, tout le monde semblait se terrer à l’intérieur de son bateau …comme par un coup de baguette magique, tout le monde est maintenant sur le pont et se prépare activement à naviguer !

Tout ce passage entraîne que nous enregistrons à nouveau, de nombreux compliments sur « S.A.S.³ » qui nous font toujours autant plaisir. Et pourtant, j’ai le sentiment très désagréable que nous laissons aller notre pauvre voilier à la dérive ! A tout vrai dire, j’en suis malade et j’attends avec impatience sa sortie de l’eau prévue pour le 14 avril pour lui redonner tout le lustre auquel il a droit.

Mercredi 09.

La météo reste toujours aussi agréable même si nous subissons pour le troisième jour consécutif, un vent de SE bien soutenu.

En écoutant au soir, les nouvelles au JT local, nous apprenons que la côte N.E. du pays (jusque « Cairns ») est mise en alerte pour cause de cyclone (« Ita » de force 4). Nous ne pouvons pas ne pas penser à nos deux « écervelés » qui sont actuellement dans cette région ! Ils étaient pressés d’arriver en Indonésie … Selon leur blog, ils ont enregistré jusqu’à 65 nœuds de vent !

Lors de la précédente alerte … ils étaient à la marina de « Cairns » qui leur avait signifié qu’ils ne pouvaient rester avec leur voilier en les installations de la marina si le cyclone arrivait !

Mais il faut croire que certains recherchent le grand frisson si j’en crois le nombre de plus en plus important de bateaux partant vers le Nord ! Le vrai problème réside en ce que les cyclones sont de plus en plus tardifs dans la saison …

Jeudi 10.

En ce jour béni des Dieux, c’est l’anniversaire de Ann … 38 ans et quelques poussières. NON ! Je ne vous dirai pas son âge et puis, et puis … je préfère que vous me preniez pour un vieux salaud marié à une jeune poupouce, histoire de vous faire fantasmer un peu plus encore.

Ceci étant dit si vous avez oublié de lui souhaiter son annif … maintenant c’est trop tard !

En cette occasion, nous sommes allés faire ce matin, nos courses à « Bundaberg ». Nous devions trouver une nouvelle chambre à air pour le pneu de vélo (notre réserve est déjà épuisée !), des protections en mousse pour notre casque audio, un drapeau de courtoisie australien (le nôtre est usé à la corde) et un savon doux genre savon de Marseille pour nettoyer notre pont en teck.

Cela me fait penser à ce stupide jeu que j’ai subi pendant des années à bord de notre précédent voilier quand nos enfants étaient encore jeunes … maman va au marché et elle achète du pain. Le suivant reprend: maman va au marché et elle achète du pain et de la confiture. Le suivant reprend: maman va au marché et elle achète du pain, de la confiture et de la viande et ainsi de suite jusqu’à élimination de tous les candidats ou jusqu’à ce que je fasse un malaise cardiaque.

Mais revenons-en à nos moutons … nous étions donc partis plein d’optimisme et d’entrain sauf qu’après avoir parcouru toute la ville d’Est en Ouest et du Nord au Sud, notre butin était bien maigre puisque nous n’avons absolument rien trouvé ! Vous me direz que trouver du savon de Marseille à « Bundaberg » n’est peut-être pas évident …

Nous nous sommes alors rabattus sur la nourriture où nous avons fait bombance.  C’est donc les bras surchargés de sacs que d’un coup m’est venu une envie irrésistible de … carottes ! Il faudra absolument que j’en parle à mon vétérinaire car cela se produit à chaque fois que je fais des courses d’avitaillement avec Ann … hihan ! Si toi pas comprendre, toi pas devoir t’en faire … toi juste faire des courses avec ta femme, hihan.

17.30 heures, notre copain Brian venait nous chercher en voiture pour nous conduire à leur superbe villa située en bord de mer à « Bargara ». Vue totalement imprenable et terrasse magnifique où il est bon de regarder la mer en sirotant tranquillement son apéro.

Nous étions invités pour l’anniversaire de Ann et Pam avait mis les petits plats dans les grands. La soirée arrosée au champagne, nous avons particulièrement apprécié la gentillesse de nos hôtes. C’est dingue comme avec un petit verre de rien du tout dans le nez, je m’exprime beaucoup plus facilement en anglais … ouais, enfin bon, disons que je les ai surtout bien fait rire avec mon franglais.

Vendredi 11.

Le responsable du chantier est passé ce matin, avec un de ses ouvriers pour convenir de la manière dont « S.A.S.³ » serait sorti de l’eau lundi … c’est que j’ai eu l’agréable sensation que l’on ne parlait pas d’un bateau mais bien plutôt d’une œuvre d’art à manipuler avec beaucoup de précaution !Ce qui est certain c’est que tout le monde est bien conscient de l’énorme attachement que nous lui portons.

Comme lundi, la météo prévoit un sérieux coup de vent et que personne n’entend prendre la responsabilité de sortir le bateau de l’eau en ces conditions, la question sera réexaminée le moment venu. Pas question pour nous de prendre le moindre risque d’autant que dès mardi, le vent retombe et reste faible pour toute la semaine.

La période des grandes manœuvres ayant commencé, nous en profitons pour faire faire l’entretien de notre moteur d’annexe par un dealer Yamaha de « Bundaberg ». Un moyen comme un autre de caser celle-ci en lieu sûr pendant toute la période du carénage.

Nous nous sommes donc rendus en annexe jusqu’au plan incliné de « Burnett Heads » … et en sommes revenus à pied. A vrai dire, nous avons eu beaucoup de chance parce que nous étions à peine arrivés au ponton que la remorque du dealer Yamaha faisait son apparition !

Sans doute moins de chance du côté des « Sand Flies » car nous sommes convaincus de nous être fait largement bouffer une fois de plus, par ces sales bêtes !

Vous ne le croirez pas et vous avez raison de ne pas le croire tant cela en devient risible mais je viens à nouveau de changer la chambre à air de notre pneu de vélo … ce n’est que la troisième !!! Les deux précédentes sont crevées à hauteur de la pipette de gonflage … à des endroits différents ! Bien entendu que j’ai vérifié si rien ne coupait à hauteur du cadre métallique qu’est-ce que vous imaginez mais je n’ai rien remarqué de spécial … juste que les pipettes des deux premières chambres à air « flottaient » à hauteur du trou ce qui n’est pas le cas de la troisième chambre à air … la suite au prochain épisode !

Samedi 12.

La période des grandes manœuvres … je vous l’ai déjà annoncée. Aussi, nous avons attaqué aujourd’hui, le nettoyage annuel de notre pont en teck !

Si sur « S.A.S. » nous avons nettoyé pendant vingt ans, son pont en teck plusieurs fois sur la saison avec des produits plus mordants les uns que les autres … sur « S.A.S.³ » nous avons pour principe qu’il vaut mieux un teck sale qu’un teck en mauvais état.

Toutefois, cette fois-ci, il nous a paru que la couche de crasse était à ce point épaisse et noire que c’était un devoir de la raboter …

A quatre pattes, latte après latte, en prenant bien soin de frotter dans le sens de la veine du teck, nous avons usé nos mains à nettoyer centimètre carré après centimètre carré … … … A voir vos mines renfrognées, je me demande tout d’un coup si je n’ai pas fait une bêtise ! Ce n’est pas dans le sens de la veine du teck qu’il faut frotter ??? Je me renseigne et je vous dis quoi.

Comme vous pouvez vous en douter à ce rythme sénatorial, nous n’en sommes tout au plus qu’au tiers du travail !! Mam mamia …

Côté frissons, nous venons juste d’avoir des nouvelles de « Buena Vista ». Alors qu’ils étaient encore à 200 NM de « Hao » (Tuamutu) et par 10 à 15 nœuds de vent, ils ont entendu un grand boum et leur voilier a empanné … plus de safran !! Par chance, « Hydra » n’était pas loin et a pu les remorquer durant 4 nuits, trois jours.

Selon le récit qui nous en a été fait, ce remorquage ne fut pas une partie de plaisir, « Buena Vista » jouant le plus souvent le rôle du bateau ivre et « Hydra » ayant dû remplacer son filtre à gasoil après avoir siphonné tout son réservoir …

Dimanche 13.

Hier … 5 bateaux, aujourd’hui … 3 bateaux supplémentaires ! Comme les météorologues s’accordent à  dire que le cyclone « Ita » descend vers le Sud en longeant la côte Est de l’Australie mais grâce au Ciel, en perdant de sa force, les nouveaux venus ont l’air d’affluer à la marina !

Pour l’instant du moins, il fait plus calme qu’à l’habitude à « Bundaberg » sauf que depuis ce matin, il pleut bergère. En principe, nous devrions avoir une pointe de vent à 30 nœuds, demain matin.

Malgré la pluie, Ann m’a convaincu de poursuivre notre nettoyage de pont …

En utilisant une méthode plus radicale de nettoyage (une brosse à main) pour les grandes surfaces, nous sommes parvenus beaucoup moins péniblement que hier, à nettoyer en profondeur la teughe avant. Nous aurions eu le temps de poursuivre le travail mais trempés comme nous l’étions, nous avons préféré éviter d’attraper la crève.

Lundi 14.

Avec le vent à décorner un bœuf (plus de 30 nœuds en cours de journée) que nous avons subi ce lundi, il n’était évidemment pas question de sortir le bateau de l’eau. De surcroît, il a plu pendant une grande partie de la journée ce qui aurait empêché tout travail sur la coque.

Après avoir avalé notre jus d’orange frais que Ann presse chaque matin, nous avons repris notre nettoyage du pont. Il était temps que l’on en voit le bout car tous nos muscles commençaient sérieusement à rouspéter. Mais le résultat en vaut réellement la peine.

Comme elle l’avait suggéré … Ann a enfilé sa combinaison de plongée pour aller voir l’état de notre hélice avant de prendre le risque de faire tourner le moteur. Avec les incroyables concrétions que j’ai trouvées la veille sur notre sonde de speedo, les pires craintes étaient de mise. Si l’hélice était bloquée, nous aurions pu fausser l’axe de transmission ou caler le moteur.

Je vous entends déjà … oh la pauvre ! Mais qu’est-ce qu’elle est courageuse ! Mon Dieu … plonger dans cette eau sans la moindre visibilité ! Etc. etc. Mais quand c’est votre serviteur qui s’y colle, je n’entends plus rien … ingrats ! Et rassurez-vous âmes sensibles, c’est moi qui était de corvée comme d’habitude. Ann s’est contentée de tenir l’appareil photos au cas où un crocodile m’aurait attaqué …

Mardi 15.

« Jamais deux sans trois » dit l’adage. Ce matin, le responsable du chantier est venu nous trouver pour plaider la remise de la sortie de l’eau du bateau à … mardi prochain !! En fait, un bateau commercial doit être sorti aujourd’hui de l’eau et il y a fort à parier qu’il est prévu qu’il retourne à l’eau avant le long week-end de Pâques qui débute déjà vendredi !

Perso, j’avais complètement perdu de vue que durant quatre jours, personne ne viendrait travailler sur notre bateau et à 200 Aus.$/jour la location d’un ber à terre, cela fait doublement réfléchir … de surcroît, je suppose qu’il n’y aurait pas eu grand monde pour s’occuper de notre bateau cette semaine !

Voulant nous remercier de notre gentillesse, le responsable du chantier est revenu une seconde fois pour nous annoncer que notre bateau serait sorti mardi prochain à 11 heures et qu’il nous offrait trois jours de location de ber … comme quoi un beau geste est parfois récompensé. Il reste maintenant à espérer que la météo ne sera pas mauvaise mardi prochain …

Après avoir passé notre matinée à « Bundaberg » à rechercher l’introuvable … nous sommes revenus avec le bus de 12.35 heures emprunté par tous les plaisanciers de la marina … une occasion de faire de nouvelles connaissances.

De retour à bord, j’enfilais une fois de plus ma combinaison de plongée !! La veille au soir, notre airco avait refusé de démarrer et après recherches, j’en étais arrivé à conclusion que le passe-coque (pas la vanne) était bouché !!

Je dois bien reconnaître que je ne voyais pas tellement ce qui aurait pu boucher  le passe-coque et j’avais bien ri lorsque Ann avait évoqué la possibilité d’un poisson … mais ma tête lorsqu’effectivement, je dus me résoudre à l’évidence qu’un poisson obstruait le passe-coque !

Enfoncé comme il était enfoncé (jusqu’à mi-corps), j’ai eu toutes les peines du monde à l’extraire de la fâcheuse position en laquelle il s’était fourré à moins bien entendu qu’il ne s’agisse d’un suicide. Puisque maintenant les commandants de bord ne se gênent plus en la matière pourquoi les poissons n’y auraient-ils pas droit ?

A l’apéro, nous avons invité Michel, chirurgien-dentiste à Arcachon, de « Obione ». Nous avions fait sa sympathique connaissance le matin même dans le bus qui nous ramenait à la marina … il faut dire qu’il connaissait « Ichtus » « Le Philippe » et même « Prosper’Aim » !!

Mercredi 16.

Seconde journée de soleil. Nous avons connu la pluie durant deux petits jours et voilà votre serviteur littéralement assoiffé de soleil comme si j’avais été privé trop longtemps d’un bien indispensable à ma survie ! Je n’envisage décidément plus un retour sur l’Europe avec les mêmes yeux …

Avec un peu le sentiment que nous mettons la charrue avant les bœufs, nous poursuivons nos nettoyages extérieurs … en bref, on frotte, on frotte et on frotte encore … dans la joie et la bonne humeur.

Jeudi 17.

Matinée « libre » pour votre serviteur … vous aurez compris mais chuuuttt.

Il faisait un peu lourd et nuageux aujourd’hui. J’en ai profité pour mettre un peu d’ordre dans notre secrétariat suite à la réception de notre courrier envoyé par notre fille, Marie-Charlotte.

Je suis toujours totalement effaré par les frais de DHL pour une simple petite caisse en carton: 313,34 € !! C’est réellement du vol organisé. Nous achèterions bien sur place mais la plupart du temps, nous ne trouvons absolument rien en sorte que tout doit venir d’Europe … aussi pour diminuer les frais, tout est centralisé chez notre fille Marie-Charlotte qui ensuite nous expédie le tout en une fois.

Depuis une petite semaine, nous subissons une attaque en règle de moustiques. Généralement, c’est en fin de journée vers 17.30 heures que ces sales bêtes profitent que nous n’avons pas encore le courage de nous enfermer à l’intérieur, pour envahir notre bateau. Ce doit être la saison car je ne ma rappelle pas avoir connu de problèmes de cet ordre lors de notre arrivée à « Bundaberg ». C’est en tous les cas, infernal.

Vendredi 18.

Aujourd’hui, tout est fermé en Australie … c’est vendredi de Pâques.

Nous attaquons notre journée par le nettoyage du filtre de notre douche arrière … Si son accès est très aisé, elle reste juste un peu trop bas pour la longueur de nos bras en sorte que ce n’est pas une sinécure dont on se régalerait tous les jours !

Retour surprise de notre bonne vieille « Marie salope » à son emplacement habituel ! Il est amusant de relever que c’est le plus souvent un jour férié ou de week-end qu’elle est active !! Vous me direz que c’est le jour où les hommes ne travaillent pas …

Le temps étant merveilleusement doux et calme, cela nous a incités à faire une pause dans nos nettoyages pour nous livrer corps et âme à la lecture.

Samedi 19.

Décidément quand on est pris par un bouquin, plus moyen de le lâcher avant la fin qui sonne toujours un peu le glas de quelque chose. Un petit sentiment de vide se crée alors … jusqu’au commencement d’une nouvelle aventure !

Dimanche 20.

Michel de « Obione » nous avait proposé d’aller déjeuner ensemble, ce dimanche midi. Et pourquoi pas combiner tout cela avec une ballade à vélo jusque « Bargara » …

L’idée ayant été trouvée plaisante, nous avons mis tout cela en application et en avons profité pour aller nous baigner au passage. Charmante journée que nous avons terminée en prenant l’apéro sur « S.A.S.³ ». Décidément, le courant passe bien entre Michel et nous.

Lundi 21.

Nonos, Sand Flies, moustiques, insectes de tout poil, de toutes espèces, de tout genre adorent mon sang légèrement sucré, au goût de miel avec une pointe de banane et de fraise des bois. Notez que c’est normal qu’ils adorent car qui ne m’adore pas … Ann ouvre vite la fenêtre, on étouffe ici.

Comme je ne voudrais pas décevoir mon public, je serais prêt à leur offrir chaque matin, un bol de quelques centilitres de mon précieux nectar mais BON DIEU … QU’ILS ARRETENT DE ME PIQUER A LONGUEUR DE JOURNEE !!

Ce n’est pas que je déteste être piqué encore que cela ne fait pas exactement partie de ma panoplie personnelle du parfait petit masochiste mais ce qui m’énerve au plus haut  degré c’est que chaque matin, je suis réveillé par de terribles démangeaisons !

Mais dans le fond … avez-vous déjà subi des démangeaisons ? Saisissez-vous seulement la vraie portée de ce terme ? Si c’est le cas, vous devriez en ce moment même, être en train de vous gratter avec fureur. Si ce n’est pas le cas, dites-vous bien que vous ne savez pas ce que signifie ce mot.

Pour lutter contre ce terrible mal, chaque matin, je me frotte énergiquement tout le corps avec une brosse à poils courts, durs et rêches. Lorsque je ne suis plus qu’une énorme plaie vivante, je me parfume au vinaigre blanc … non sans avoir oublié au préalable, de fermer tous les capots de pont et hublots pour ne pas effrayer les voisins.

Après ce traitement de choc, je suis souvent en « état de choc » mais après, longtemps après, je savoure enfin à la tranquillité du corps et de l’esprit. Si vous continuez toujours à vous gratter après avoir lu ces quelques paragraphes … pensez au vinaigre blanc !

Je suppose que c’est la fin du long week-end de Pâques mais les nouveaux arrivants déboulent de partout dont notamment « Pure Adrenalin » trimaran à moteur, one-of, charter de luxe de 27 mètres débarquant ses guests … tantôt il n’y aura plus de place de libre à la marina. Non … j’exagère un peu mais il est vrai qu’il y a du monde.

Si vous vous étonnez parfois de toutes les informations que je peux donner sur certains bateaux … c’est pourtant simple. En Europe du Nord, on ne connaît sans doute pas ou moins ce type de phénomène mais sous les latitudes tropicales, tous les bateaux d’une certaine taille, ont toujours un site ou au moins, un blog. Il suffit donc de taper le nom du bateau pour tout savoir sur lui !

Le soir, nous avions invité Michel de « Obione » à dîner tout en regardant le film « Captain Philips » (l’histoire authentique de l’attaque en 2009 d’un cargo américain par des pirates somaliens … tous les écervelés qui veulent regagner l’Europe par la Mer Rouge, devrait avoir vu ce film).

Mardi 22.

Nous sortons le bateau de l’eau pour son carénage …

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Publicités

Responses

  1. chers Ann et Stephane
    c’est quand même génial cette technologie qui nous permet de vous « accompagner » de l’autre côté de la Terre, dans toutes vos pérégrinations, y compris chez le coiffeur, maintenant !
    Et c’est tout autant formidable que vous soyez de l’autre côté de la planète, tête en bas, que le bateau ne tombe pas et que l’eau de mer reste en surface, sans s’écouler telle une cascade… de sorte que lorsque ce sera notre tour, il en restera ;-))))
    merci pour ce « journal intime » que vous nous partagez ainsi

    Gros kisses
    et profitez !

    Bernard


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :