Publié par : Ann & Stéphane | 8 décembre 2013

01 au 09.12.2013 Bundaberg – Brisbane (Australie)

Samedi 30.

Après le départ de nos amis, nous avons été invités comme tous les plaisanciers de la marina, à participer à la « Christmas Party » organisée par la marina ! Un peu tôt pour fêter déjà Noël  mais tous les prétextes sont les bienvenus pour nous mêler aux chaleureux autochtones … Il semblerait par ailleurs, que notre participation ait été appréciée !!

Dimanche 1.

Cela sent aussi le départ pour nous … après le nettoyage intérieur, nous avons commencé à dresser les inventaires de ce que nous devrons ramener  de Belgique ! Il va nous falloir une bonne dose de courage pour préparer le bateau à son « hivernage » à l’eau. Nous avons déjà envie d’être de retour, c’est tout dire …

Lundi  2.

Comme prévu, le préposé au gardiennage de « S.A.S.³ » est venu faire la connaissance de la « bête ». Avons-nous été assez précis, assez complet, assez clair … l’avenir nous le dira. Nous lui aurons en tous les cas, transmis nos plus chaudes recommandations pour que le « petit » ne s’enrhume pas en notre absence !

Nous avons poursuivi nos divers inventaires ce qui nous a obligé à aller farfouiller un peu partout dans le bateau. Incroyable comme on découvre posséder certaines pièces dont on ignorait l’existence jusque là !

Mardi  3.

Courses à « Bundaberg » pour Ann tandis que votre serviteur profitait de sa journée pour terminer la lecture de son bouquin.

Mercredi  4.

Nous retirons les voiles pour réparation/inspection par la voilerie North Sails de « Brisbane ». A la marina se trouve une voilerie qui a réalisé un merveilleux travail sur nos couvertures de coque mais je crains qu’elle ne  se soit pas à la hauteur pour résoudre le problème de notre GV : déchirures à répétition !

C’est ensuite le tour de notre survie « Viking » d’être sortie de son coffre spécial pour sa révision triennale.  A ma plus grande surprise, j’ai connu les pires difficultés pour ôter la sécurité du coffre ! D’ordinaire, je ne la mets jamais et pour une raison stupide, je l’ai enclenchée il y a quelques temps … J’en ai le froid dans le dos à l’idée que nous aurions eu besoin de notre bip !

Pour terminer cette journée, j’essaie de démonter notre balise fixée sur le balcon arrière. Après avoir dû capituler, je ne vois d’autre solution que d’ouvrir le coffret de protection mais cela ne va-t-il pas déclencher la balise ???

C’est du moins ce que nous pensions jusqu’à découvrir un mécanisme simple et sans danger ! Nous avons énormément appris sur notre balise dont seule la capsule de largage automatique est à remplacer tous les deux ans …

Crevés … nous l’étions passablement  et votre serviteur ressentait les terribles effets du soleil sur son dos : rouge homard.

Jeudi  5.

Tandis qu’Ann prenait la navette de la marina pour aller chercher chez Avis, un Van capable d’embarquer nos bagages, nos voiles et notre survie … je m’occupais de fermer les vannes, faire le plein d’eau des réservoirs, tirer les stores etc.

Pas une mince affaire à définir ce qui doit être coupé et ce qui au contraire, doit rester en fonctionnement. Ainsi pour éviter d’avoir à « hiverner » notre déssalinisateur avec des produits très corrosifs pour les joints … nous l’avons laissé en fonctionnement. L’appareil programme un rinçage automatique tous les 8 jours ce qui le dispense de toute autre intervention.

D’ordinaire, on coupe tout lorsqu’on quitte le bateau un certain temps mais la dernière fois que nous l’avions fait … cela avait failli nous coûter un de nos deux parcs de batteries ! Aussi cette fois, nous avons opté pour un gardiennage deux fois par semaine + circonstances exceptionnelles.

Vers midi, nous étions sur le départ  sauf que je remarquais que le pneu arrière de notre Kia « Carnival » était fort plat !! Petit détour par Avis de « Bundaberg » pour signaler le problème  et voilà que nous nous rendons compte que nous avions oublié dans le cockpit du bateau, nos deux magnifiques chapeaux « Crocodile Dundy » !! Vous  imaginez nous promener têtes nues !!  My God … ce n’est plus possible !! Il ne viendrait pas à l’idée d’un Australien de porter  un de nos chapeaux  mais nous assumons avec fierté notre statut de « touriste ».

Il était déjà passé 13 heures lorsque nous nous sommes – enfin – mis en route  …  près de 400 kilomètres  à se taper ! Nous n’avons découvert les premiers tronçons d’autoroute qu’à seulement une centaine de kilomètres de « Brisbane » !!

Quand on circule sur les routes australiennes, on est effaré par l’étroitesse des bandes de circulation, les travaux de réfection en pagaille, l’absence de bas-côté ou d’aire de repos, le peu de station d’essence et  la présence … de poteaux indiquant la hauteur d’eau : la plupart des routes sont inondables !!

Comme vous ne l’ignorez pas, on roule à gauche en Australie. On s’y habitue relativement facilement sauf que bien entendu le conducteur est à droite et toutes les commandes au volant sont inversées par rapport à nos véhicules. Résultat … les essuie-glaces marchent très, très souvent ! Ils sont à la place de nos clignotants …

Autre constante … le passager a toujours l’impression (bien réelle) que le conducteur serre beaucoup trop sa gauche. Philippe en a une crise cardiaque lorsque je conduisais et j’ai failli mourir de frousse avec  Ann au volant.

Bien entendu, nous sommes arrivés trop tard pour déposer nos voiles et notre survie …

Comme « Brisbane » connaît un festival de musique ce week-end, il ne nous a pas été possible de trouver un hôtel ! Aussi, nous nous sommes rabattus sur un « appart-hôtel » en plein centre ville dans l’une de ses nombreuses tours : « Oaks  Félix» … nous sommes au 18è/49 étages.

Le soir, nous avons été casser la croûte au « Belgian Beer Café » situé au pied de notre tour. Si on y sert du bien belge comme notre célèbre « moules et frites », nous avons découvert que pas une personne de l’établissement n’était d’origine belge !!

Vendredi  6.

Nous sommes d’abord partis dans le Sud de « Brisbane » déposer notre bip pour sa révision. Sur place, nous avons eu droit à assister au gonflage de notre survie … toujours impressionnant encore que perso, je connaissais déjà. Ce qui m’a fait énormément plaisir car venant de la part d’un gros dealer  Zodiac,  fut d’apprendre que la « Viking » était d’une qualité supérieure  …

Nous avons ensuite mis les voiles pour North Sails situé un peu au Nord de « Brisbane ». Alors que l’on pourrait s’imaginer tomber sur la méga voilerie à l’américaine, c’est tout petit, mal agencé et mal situé !

Nous devions rendre pour 17 heures, la voiture de location à l’aéroport tout proche. Aussi, nous sommes restés sur zone en visitant  « Manly » et son littoral.

De l’aéroport, nous sommes revenus en train jusqu’à « Brisbane ».

Samedi  7.

Nous avions décidé de profiter de la journée pour visiter le jardin botanique (superbe) situé tout à côté. La ville avec ses 900 kilomètres de pistes cyclables est un petit paradis pour les promeneurs et les cyclistes.

En passant à côté du « Musée maritime », nous avons été surpris de voir « Ella’s Pink Lady » de Jessica Watson ! Pour mémoire, il s’agit de cette jeune Australienne qui a réalisé un tour de monde à la voile, sans escale et en solitaire … qui n’a pas été homologué parce qu’elle avait parcouru moins de 21.600 milles. Très critiquée en son pays notamment pour son incompétence … son voilier a néanmoins  été racheté par le Gouvernement australien pour 300.000 dollars !!

Après-midi de courses dans le centre-ville aux vastes rues piétonnières où il est interdit de fumer !! L’interdiction de fumer est beaucoup plus étendue et surtout beaucoup plus stricte que chez nous et on ne badine pas sur le sujet en Australie !

Sans doute le festival de la musique qui se déroule durant le week-end, attire encore un peu plus de monde mais le centre-ville n’est qu’une énorme marée humaine que rien ne semble pouvoir endiguer … cela en est presque affolant.

Dimanche 8.

Nous avons pris le catamaran « Miramar » pour nous rendre par le fleuve, à la réserve « Lone Pine Koala Sanctuary ». Ce fut l’occasion d’admirer de superbes propriétés avec ponton privé ! Je ne pense pas avoir jamais vu autant de merveilles les unes à côté des autres, sur des milles et des milles ! Comme il existe toujours un revers à la médaille … il paraît que des attaques de requin sont parfois enregistrées dans le fleuve !!!

S’il est toujours plus agréable d’observer les animaux en liberté, « Lone Pine Koala Sanctuary » permet surtout une véritable approche des koalas et des kangourous. Si le koala est vraiment très mignon, le kangourou est pour moi, un réel anachronisme de la nature !

Lundi  9.

Nous prenons l’avion pour Bruxelles … La poursuite de notre blog ne reprendra qu’en février 2014 !

J’en profite donc pour vous souhaiter un  Joyeux Noël  et tous mes vœux pour l’Année Nouvelle et n’oubliez pas que  le paradis est partout et nulle part dans le monde. Il n’appartient qu’à vous de  le créer !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Responses

  1. Tu as craqué, Stéphane, tu as acheté un vrai chapeau australien.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :