Publié par : Ann & Stéphane | 21 septembre 2011

21.09.2011 – Marina Rubicon / Lanzarote – Las Palmas / Gran Canaria : 95 NM.

L’idée d’aller à Las Palmas (la ville) de Gran Canaria (l’île) ne nous tentait pas pour de multiples raisons comme la présence vérifiée de cafards et de rats en la marina, la disparition des  catways  ( !) ou encore l’arrivée attendue de l’ARC  … Et pourtant nous sommes au mouillage situé au Nord de la marina depuis ce mercredi 18.30 heures !

En fait, nous n’avions pas d’autre choix puisque le seul dealer Northern Lights (groupe électrogène) des Canaries  est situé en la marina de Las Palmas.

Nous étions tellement bien à la marina Rubicon (soupir) et encore mieux depuis que nous avions « émigré » pour un autre emplacement situé à l’entrée de la marina : Loin de tout mais tellement plus calme !

95 NM à parcourir  à une moyenne de 7NM = +/- 14 heures. Donc pour arriver de jour (la nuit tombe vers 20.30 heures) nous avions décidé de partir pour  6 heures  au plus tard … Que du bonheur ! Que du bonheur !

Histoire d’être sûr de dormir malgré tout un peu, nous avons pris un somnifère avant d’aller nous coucher vers 21 heures : Expérience douteuse !

Après  être tombé dans une sorte de pré-sommeil semi comateux, j’ai été pris de tics nerveux incontrôlables  qui m’ont fait danser la sarabande durant une partie de la nuit ! Je n’ai été sauvé que par une petite envie pressante qui m’a fait me lever ! De retour dans le lit, je tombais  cette fois dans les bras de Morphée avec qui … Passage censuré !

Si le réveil fut normalement pénible, je ne me suis réellement bien réveillé que vers midi (mon heure habituelle diraient certaines mauvaises langues) : Pénible, insupportable, désastreux,  énervant que d’avoir à lutter contre une fatigue pesante qui vous empêche de jouir de l’instant présent. Mais nous n’avons pas eu d’autre choix que de « faire avec » comme on dit chez nous.

Quand Ann a largué la dernière amarre, il faisait encore nuit noire et bien que je connaissais maintenant la marina, il s’agit d’une toute autre histoire lorsqu’il faut le faire de nuit d’autant que l’entrée est assez étroite et nullement éclairée.

Juste à la sortie, une bouée blanche balise un haut fond. Bien entendu nous étions à sa hauteur lorsque j’ai enfin pu la cerner avec notre projecteur de recherche (pas évident de jouer avec ce foutu joystick …) mais bon, pas de bobos.

La passe entre Lanzarote et Fuerteventura est très large et sans danger : Navigation ultra facile donc (de jour, il faut faire extrêmement attention aux effets Ventury) mais malgré tout un peu stressante car on n’y voyait goutte et une mer agitée faisait rouler copieusement  S.A.S.³

Nous avons attendu par sécurité, la levée du jour pour hisser la grand voile : Mise en œuvre toujours aussi délicate en raison des lazyjacks qui ne servent de facto que lors de l’affalage de la grand voile, à la contenir sur la bôme. Ces « cordes » qui ceinturent la bôme, devraient logiquement pouvoir être ramenées le long du mât mais sur S.A.S.³ l’opération n’est guère aisée !

Soutenu par sa grand voile, le roulis fut nettement plus supportable encore qu’il était facile de relever que nous avions à faire face à une mer plus agitée que la force du vent (10 nœuds). Et si par la suite, le vent s’est un renforcé jusque 16 nœuds de vent réel, sa position très NE c’est-à-dire « vent arrière » nous aurait obligés à mettre les voiles en ciseaux ou à envoyer le spi symétrique.

Vu notre grand état de fraîcheur … La seule idée de jouer avec notre monstrueux tangon nous plongeait encore davantage dans un sommeil comateux. Au moteur et sous pilote automatique, il est tellement  agréable de se caler dans les coussins du cockpit et de se laisser bercer par les flots d’autant que nous étions à perte de vue, les seuls sur l’eau  … (ce n’est qu’en vue de Gran Canaria que nous avons aperçu nos premiers cargos).

Bien évidemment qu’aurais-je bien pu vous raconter ?

Là, Mesdames, je vous demanderai de bien vouloir sortir vos mouchoirs car l’histoire qui suit, est d’une tristesse à pleurer.

Nous avons déjà tous regardé à la télévision ou au cinéma, un film catastrophe où on peut voir en parallèle, la vie paisible et insouciante des passagers d’un côté et de l’autre, la mise en place des divers éléments qui mèneront le bateau à la catastrophe.

Imaginez que nous étions partis pour la traversée de l’Atlantique et que nous n’avions pas de déssalinisateur en ordre de marche … à bord ! Rien que d’y penser, j’en frémis encore !

En réalité, tout commence par la mine catastrophée de Ann m’annonçant que les wc ne fonctionnaient plus par manque d’eau (comme ils sont électriques, ils fonctionnent à l’eau douce !).

Relever que nous étions sans eau alors que les réservoirs (2 x 400 litres) étaient pleins juste avant notre départ, en revenait à se poser la bête question de savoir où étaient  partis nos  800 litres d’eau !!!

Malgré nos recherches, pas la moindre trace : Nos 800 litres d’eau s’étaient évaporés, envolés, disparus, atomisés ! De là à imaginer qu’un petit comique était venu nous voler notre eau durant la nuit …

Ann eut l’excellente idée de me faire chercher du côté du « petit local technique » situé sous le plancher du carré et là … Bingo : Un tuyau du boiler d’eau chaude s’était manifestement fait la malle ! Il est amusant de constater que S.A.S. a connu identiquement  le même incident deux semaines auparavant et alors que les enfants naviguaient.

Nous  pensons donc que sous l’effet du violent roulis, le tuyau s’est désemmanché entraînant l’enclenchement du groupe hydrophore qui a tourné jusqu’à vider nos deux réservoirs et le boiler soit  900 litres d’eau ! L’eau a coulé jusqu’au puisard où notre puissante pompe a tout évacué à l’extérieur sans que nous n’entendions rien puisque nous étions au moteur.

Sur S.A.S. l’évacuation de la pompe de cale est inadéquatement  placée juste sous le liston c’est-à-dire trop haute (l’eau évacuée arrose la coque ou pire, le pont du voisin) tandis que sur S.A.S.³, elle est placée quelques centimètres au-dessus de la ligne de flottaison. Par contre, sur S.A.S. on entend plus facilement que sur S.A.S.³ quand la pompe fonctionne …

Mesdames, vous pouvez sécher vos larmes, nous avons rempli nos réservoirs avec notre déssalinisateur et Ann a pu aller à la toilette …

Vers midi, le vent a légèrement tourné plus Nord en faiblissant et la mer s’est montrée sous un bien meilleur jour.  J’ai donc tenté en diverses reprises de lancer notre génois mais le vent était encore trop sur l’arrière.

Lors de mon dernier essai, le vent venait grand largue et je décidai donc  de laisser le génois déroulé. Mais Ann me rappela à l’ordre car notre vitesse en souffrait de trop et nous risquions d’arriver de nuit … De mauvaise humeur, je remis les gaz mais laissai le génois déroulé : Nous avons gagné un nœud et le speedo se bloqua à 9,5 nœuds.

Nous avons donc réalisé les 30 derniers milles à la « mode hollandaise » : Les Hollandais sont des champions pour marcher sous voiles et moteur ce qui est horripilant lorsque par contre, vous ne naviguez que sous voiles car bien entendu, ils ne hissent pas le cône règlementaire indiquant qu’ils sont au moteur …

C’est ainsi que nous sommes arrivés pour 18.30 heures aux abords du port commercial de Las Palmas qui abritent deux marinas, l’une publique et une autre privée, suffisamment récente pour que nous n’en avions aucune connaissance !

Notre mouillage est situé entre les deux marinas,  à l’intérieur du grand complexe portuaire. Il y a bien un peu de houle et la protection est nulle en cas de vent de Sud mais pour l’instant, nous y sommes bien.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :