Publié par : Ann & Stéphane | 17 août 2011

25.07 au 17.08.2011 – Marina Rubicon – Lanzarote – Canaries

Il faut bien entendu et en premier « passer le Rubicon » (jeu de mots facile j’en conviens …) mais il n’empêche qu’il faut quand même arriver jusqu’ici et déjà deux voiliers nous ont dit en avoir « dégusté » pour atteindre l’île …

Une fois sur place, il faut savoir ce que l’on recherche ou ce qu’on attend de Lanzarote ! Perso, rien de spécial : Il ne s’agit que d’une étape vers les Antilles.

Selon les statistiques, sur 100 bateaux qui arrivent aux Canaries seulement 20  repartent vers les Antilles et uniquement 5  traversent Panama pour le Pacifique … Ok, ok  les 15 autres passent par le Cap Horn et S.A.S.³ n’en fera pas partie ! Vous êtes contents maintenant que je l’ai dit !

J’ai une certaine difficulté à comprendre le succès touristique de Lanzarote alors qu’il ne s’agit que d’un caillou aussi pelé qu’aride et de surcroît, balayé par les vents ! Mais je dois bien avouer que tout est axé sur le tourisme, d’une grande propreté et que les décors naturels ont quelque chose de grandiose.

La marina Rubicon … Non, plutôt le village de la marina Rubicon avec sa piscine,  ses shops, ses restaurants, son dive center, son chantier nautique  et  son marché bi hebdomadaire qui est à lui seul une grande attraction touristique  et qui se tient juste devant l’étrave de S.A.S.³ , est une véritable entité à part entière située à proximité de la petite ville de Playa Blanca.

La sécurité de la marina est assurée par des vigiles qui assurent une veille permanente tandis que l’accès aux pontons est seulement interdit au public par une simple chaîne escamotable !

L’autre soir et alors que nous étions en train de regarder un film, nous avons eu droit au passage de deux d’entre eux qui faisaient leur ronde en venant jeter un œil jusqu’au bateau alors que nous avons été placés en extrémité de ponton. C’est assez rassurant.

Une superbe « promenade des Anglais » le long de la mer, relie les deux entités distantes d’un bon kilomètre. Celle-ci est bordée sur quasiment toute sa longueur de restaurants  ou hôtels  prestigieux .

Le port quant à lui, est très calme peut-être même un peu trop calme à mon goût.  Et malgré cette douce quiétude toute apparente, chaque jour nous sommes surpris de relever le nombre de personnes qui vivent de manière permanente pour certains comme notre ami français « Claude » ou le temps des vacances pour d’autres, sur leur bateau !

Le véritable lieu de rendez-vous reste encore la piscine d’eau douce ( !) réservée aux plaisanciers : Un sacré must pour la marina d’autant que la première plage est un peu lointaine.

Les bornes électriques  de 63 A sont un autre must  de la marina car grâce à celles-ci, nous pouvons gonfler nos bouteilles de plongée ou mettre la climatisation sans devoir faire fonctionner le groupe !

Des bornes électriques de 32 A restent la norme de la très grande majorité des marinas fréquentées mais bien entendu il y a encore des marinas (Breskens en NL …) qui continuent de chicaner en n’équipant les pontons que de bornes électriques de 16 A. Comme sur S.A.S.³ nous avons un besoin énergétique assez important … Une borne de 16 A nous pose quelques difficultés au niveau de la gestion du courant à bord.

Bien que tout le tourisme de l’île tourne quasi exclusivement autour d’une clientèle espagnole, anglaise ou allemande, on rencontre malgré tout quelques français et belges principalement à la marina ! Et tout ce petit monde finit par se connaître en grande partie à l’intervention de ceux qui résident sur l’île comme « Claude ». Notre « vie sociale » n’a jamais été aussi débordante depuis que nous sommes arrivés à la marina et alors même que nous sommes encore les seuls à avoir pour projet de traverser l’Atlantique cette année !

Côté climat nous avons connu une bien meilleure météo au Portugal  selon moi (il fait plus souvent nuageux), même si nous n’avons pas à nous plaindre car les températures sont élevées, le soleil fait régulièrement son apparition sur le coup de midi et la pluie est totalement absente … Juste le vent qui souffle sans relâche et parfois avec beaucoup de force faisant craindre pour notre bimini (taud de soleil ) notamment. Il est vrai que lorsqu’il ne souffle pas, la température devient vite suffocante mais comme on dit chez nous « trop is te veel ! » (= trop c’est trop).

Selon certains propos recueillis sur place, juillet et août seraient des mois venteux et exceptionnellement cette année alors qu’à partir de septembre ceux-ci devraient diminuer ! Mais vous connaissez la chanson : Vous arrivez sur votre lieu de villégiature et par une malchance extraordinaire il faisait beau jusqu’à la veille de votre arrivée …

Il y a également à la marina, un superbe shipchandler ! Sa seule présence mérite déjà une mention. Nous y avons déjà été quelques fois mais malgré la gentillesse de son exploitant qui se débrouille en français et notre souhait de lui faire plaisir en lui achetant quelque chose, il se voit contraint à chaque fois de nous renvoyer à une autre adresse … !

Du côté avitaillement, il faut faire avec … En fait, les petits magasins d’alimentation ne manquent pas  aux alentours mais impossible de trouver auprès d’un seul magasin tous les produits auxquels vous êtes habitués et dont vous avez besoin ! Donc, il faut butiner d’un magasin à l’autre et ceux-ci se trouvent parfois fort éloignés les uns des autres …

Depuis le début de notre grande aventure, c’est la seconde fois que nous plongeons avec un centre de plongée local. Ici à la marina comme dans bien d’autres marinas, le centre de plongée est sur le site de la marina elle-même et pour une fois, il est ouvert ! Cela peut paraître incroyable mais en de bien nombreuses occasions nous avons trouvé porte close parce que ce n’était pas le week-end ou pas la saison des vacances.

Le prix pour une double plongée est de 80,00 € ! Ce n’est pas le meilleur marché mais bien dans la gamme « plongées pour pigeons » pratiquée ici comme ailleurs. Comme nous faisons partie de la famille des pigeons qui ne plongent pas … Nous avons été voir ailleurs.

Grâce à notre ami « Claude » (que ferions-nous sans lui ?) nous avons fait connaissance de deux Belges installés depuis 5 ans à Lanzarote et qui viennent de reprendre la direction d’un centre de plongée à Playa Blanca : Le Big Blue Sea.

Mis en relation, le contact est très bien passé et nous avons ainsi pu réaliser nos deux premières plongées au départ du bord, à Punto Del Carmel. Nous sommes traités comme des V.I.P. et les tarifs sont dégressifs en fonction du nombre de plongées réalisées. Le plus sympa dans l’histoire c’est que nous n’avons pas eu à fixer dès le départ notre nombre de plongées mais bien que le décompte sera réalisé au final. Ceci nous laisse toute liberté et nous incite réellement à plonger davantage.

Même si ce n’est pas la Mer Rouge, les sites de plongées, la faune et flore rencontrées valent la peine d’être vus d’autant que l’ambiance reste  très cool. Les Canaries ne font pas l’objet des destinations traditionnelles de plongée et c’est un grand tort d’autant que l’île bénéficie d’une liaison Ryanair  sur Charleroi à des tarifs très attractifs.

L’eau est limpide et sa température varie de 19° à 24°. En cette saison, elle est très agréable mais nous plongeons malgré tout en 7 mm.

Ce lundi 08 août et tandis que je suis seul à bord (Avis aux jeunes et jolies  filles qui aiment le bateau, il y a une cabine de propriétaire que je leur cèderai bien volontiers  … J’imagine déjà de suite vos commentaires étonnés sur ma bonté d’âme : Bande de jaloux, va !) j’ai réalisé deux plongées supplémentaires à Mala située plus au Nord de l’île sur un site de nudistes !

Très belles plongées (j’ai bien dit « plongées » non mais tout de suite cela phantasme sec, je vois !) moins par la faune et la flore plus pauvres qu’à Punto Del Carmel que par le décor naturel tant au-dessus de l’eau qu’en-dessous de l’eau. L’eau y était également plus fraîche.

S’il y a moyen de « descendre », nous sommes raisonnablement restés dans la zone des 30 mètres. Petite déception tout de même : Je n’ai plus trouvé de journal à lire (en flamant svp !) à – 34 mètres comme lors de notre toute première plongée …

Fond de sable blanc et roches volcaniques colonisées par des oursins : Le spectacle est grandiose.

A la sortie de l’eau, nous nous retrouvions face à face avec deux grands-mères naturistes  très dignes: Je ne vous dis pas le choc ! Le tableau avait quelque chose de surréaliste …

J’ai tellement de petites choses à vous raconter !  Tout d’abord, je viens tout juste de casser la monture des lunettes que je porte « en sautoir »  (cela fait un peu tantouse, vous ne trouvez pas ?) depuis que l’âge m’a rendu « presse bite » (décidément sans mes lunettes, mon orthographe ne s’améliore pas …) !

Enfin, tout cela pour vous raconter que notre couple d’amis belges qui navigue sur un RM900, est enfin arrivé à la marina Rubicon : Je leur tire réellement mon chapeau car être descendu jusqu’ici sur un voilier de 9 m au confort proportionné à la taille, cela me donne honte !

Honte d’avoir fait le trajet en quatre jours alors qu’il leur en a fallu six …

Honte d’avoir pris une longue douche chaude chaque matin alors qu’ils faisaient leur toilette avec un gobelet d’eau …

Honte d’avoir usé et abusé de notre moteur alors que le leur est tombé en panne dès le soir de la première journée …

Honte d’avoir gaspillé autant d’électricité alors qu’ils ont vécu sur leur batterie rechargée par un petit panneau solaire et un hydrogénérateur  (dynamo entraînée par une hélice que l’on traîne derrière le bateau)  …

Et après tout cela, loin de nous en vouloir du confort insolent que nous exhibons, ils m’invitent encore au restaurant pour fêter leur arrivée.

Je leur souhaite très sincèrement de pouvoir atteindre le Brésil de leurs rêves mais il leur faudra encore beaucoup de courage pour se relancer dans l’aventure. Perso, je ne l’aurais pas et plus précisément,  plus à mon âge …

Ce mercredi était une nouvelle fois, « journée plongée » : Deux plongées à Punto Del Carmel avec notre copain « Valérie ». La première plongée sur le tombant était splendide (j’adore regarder les poulpes) et c’est avec beaucoup de tristesse que j’ai dû me résoudre à sortir de l’eau. La seconde par contre, limitée en profondeur par la présence d’une débutante, fut d’un morne incroyable !

Ici c’est sans difficulté qu’il y a moyen de « descendre » tête en bas en palmage énergique … C’est ce que j’aime le plus ! Je suis convaincu que mes élèves ne me reconnaîtraient  pas s’il me voyait en plongée ici à Lanzarote : Je suis mon guide comme un petit chien docile, jamais plus bas, toujours assez proche et pas la moindre fantaisie ! Comme je le dis toujours, je suis et reste un modèle : AIE ! Cela fait mal, nom d’un chien ! Pourquoi tu me frappes maintenant ? (Je les imagine déjà mes chers élèves en train de savourer l’image de Ann en train de me baffer …).

Ce jeudi est une journée doublement exceptionnelle puisque nous avons pu dégoter une voiture à louer (plus un seul chariot à louer dans la région !!) et que notre fille, Marie-Charlotte et son copain Philippe, nous font le bonheur de nous rendre visite pour quelques petits jours.

Journée un  peu « sans » pour ma fille qui n’a pas fermé l’œil de la nuit car leur avion partait  de Charleroi à 7 heures du matin … Mais enfin, ils ont quand même pu profiter de l’annexe pour aller jusqu’à la baie de Papagayo,  se baigner dans une eau translucide et  à la température très agréable (je le sais car j’y avais été en reconnaissance avec Philippe).

Ces quelques jours  « en famille » furent des plus heureux et je pense que nos enfants  en ont bien profité … En tous les cas, notre fille n’avait aucune envie de quitter ce mardi matin, papa et maman : Cela m’a terriblement ému cet attachement pour ses vieux parents. Non … Je ne vous crois pas ! Ce n’était pas de quitter ses parents qui la chagrinaient,  mais de repartir travailler ! Vous croyez ?

Depuis maintenant deux jours, nous n’avons quasiment plus de vent !! Résultat … Il fait chaud à crever ! Même l’eau de la piscine a gagné deux degrés de température (28°C) ainsi que l’eau du bord. Je sais que cela peut paraître incroyable mais nous avons constaté que l’eau de notre douche par exemple, était plus chaude qu’à l’habitude et que nous devions mettre sur un cran plus froid !

Notre air conditionné n’aura en tous les cas, jamais autant fonctionné. C’est simple, la nuit nous sommes obligés d’ajouter une couette tellement il fait glacial dans notre chambre ! Je vois d’ici votre tête … Non, je rigole … On coupe juste avant l’apparition des premiers stalactites …

Tout le monde connaît l’adage : « Le monde est si petit » ! Vous n’imaginez pas à quel point et de surcroît, il faut être à l’étranger pour s’en rendre compte: Nous venons ainsi de découvrir  que notre voisin connaît très bien la petite amie du frère de l’épouse de l’oncle de la belle-sœur du jardinier de ma grand-mère … C’est dingue comme « Le monde est si petit » ! Ok j’en ai un peu rajouté mais c’est quand même surprenant de constater que nous descendons tous d’Adam et Eve …

Mais avec tout cela j’en oublie presque d’aller retrouver les copains à la piscine …

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Responses

  1. « Ces quelques jours « en famille » furent des plus heureux et je pense que nos enfants en ont bien profité … En tous les cas, notre fille n’avait aucune envie de quitter ce mardi matin, papa et maman : Cela m’a terriblement ému cet attachement pour ses vieux parents. Non … Je ne vous crois pas ! Ce n’était pas de quitter ses parents qui la chagrinaient, mais de repartir travailler ! Vous croyez ? »

    Sérieusement?? Mais à part ca, il n’y a pas de chouchou dans la famille. J’ai bien relie l’article sur mon séjour et il me semble ne pas avoir lu de pareils mots!! EMU, HEUREUX, FAMILLE…….

  2. Merci Stéphane pour ces commentaires élogieux. Mais pour se laver on utilisait quand même une bassine, pas grande j’en conviens. Nous avons deux panneaux solaires et jusqu’à nouvel ordre on a décidé de continuer.
    T’imaginant en train de prendre ta douche chaude je fouettais Asa Branca même sans moteur pour qu’il arrive au plus vite l’un expliquant l’autre. Bonne route SAS3, notre rencontre se résume en quelques mots « que du bonheur »

    amitiés

    Bernard


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :