Publié par : Ann & Stéphane | 17 juillet 2011

10 au 14.07.2011 – Sines – Lagos (81 NM)

6 h. du matin (autant dire que j’ai eu une nuit blanche …) nous étions debout !!!

Nous avions décidé de ne pas partir trop tard c’est-à-dire vers 9 heures mais lorsqu’Ann a vu le nombre de bateaux qui quittaient la marina dès 6 heures du matin, nous avons instinctivement compris que nous devions en faire de même …

Une heure plus tard, nous étions fin prêts à partir et nous avons  suivi la petite flottille qui s’était formée.

Le vent soufflait  à 12 à 13 nœuds de vent ¾ arrière, le ciel était gris, les températures légèrement basses et la houle bien présente.

Nous avons hésité longuement à envoyer le spi mais  l’état de la mer, l’évolution annoncée du vent et surtout le fait qu’il venait un peu trop sur l’arrière, nous y a fait finalement renoncer.

Durant les premières heures, S.A.S.³ marchait  « doucement » à un petit 6 nœuds et puis sans que je ne perçoive un réel changement de météo, sa vitesse est montée à 7 nœuds puis à 8 nœuds en sorte que nous avons remonté la petite flottille partie plus tôt que nous.

L’apparition du soleil en fin de matinée, rendit la vie à bord extrêmement confortable d’autant que le pilote automatique gardait parfaitement le cap malgré une houle qui ne manquait pas une occasion de nous faire rouler d’un bord sur un autre bord.

En fait, Ann et moi étions bien calés chacun dans  un coin arrière du cockpit  tandis que Gauthier continuait à profiter de sa nuit.  Pour rien au monde nous n’avions envie de bouger : Le spectacle était grandiose avec des bancs de dauphins qui venaient régulièrement sauter autour du bateau.

Contrairement à la veille, le trajet m’a paru plutôt court malgré ses 11 heures de navigation ! Mais bien entendu, ayant pris conscience des  81 NM du trajet, nous en avons profité pour faire une sieste à tour de  rôle en milieu d’après-midi.

Sans ressentir le moindre changement au niveau du bateau, le vent est monté jusque 20 nœuds de vent réel … La vitesse a commencé à atteindre de plus en plus souvent 10 nœuds à force que nous nous rapprochions  du Cap St Vincent.

Les guides nautiques conseillant de doubler les deux  Caps  (St Vincent & Sagres)  à  au moins 2 NM de la côte, nous avons tiré au large jusqu’à 2,5 NM passé le Cap Sagres.

A hauteur du Cap St Vincent, le vent est encore monté sans que nous nous en rendions compte à 25 nœuds puis à 27 nœuds de vent réel.

Lorsque nous avons enfin viré de bord et comme de toute manière nous devions enrouler le génois pour la manœuvre, nous avons mis la trinquette pour toute sécurité : Nous étions cette fois-ci à 110° !

L’allure était totalement différente et les vagues venaient maintenant sur bâbord.  S.A.S.³ était  à la légère gîte et sa vitesse est même montée un moment  jusque 11 nœuds dans l’eau.

Sur base de certains propos recueillis ici et là, j’étais persuadé qu’une fois les deux Caps derrière nous, nous aurions eu droit à un lac sans vent. Malgré un faux semblant de calme qui nous a fait envoyer tout le génois, le vent est progressivement remonté jusque 31,5 nœuds de vent réel !! La mer quant à elle, n’a  jamais  changé de visage.

Nous avions encore  15 milles à parcourir avant d’atteindre l’entrée du chenal menant à la marina de Lagos.  Le vent sifflait à mes oreilles  à un tel point qu’il m’était impossible d’entendre Ann qui me parlait pourtant assise dans le cockpit !

S.A.S.³ était à ce point  confortable à la mer que son qualificatif de « pullman des  mers » nous apparut  une nouvelle fois comme pleinement justifié. Trop confortable sans doute car lorsque j’ai demandé à mon petit équipage  de prendre un ris car je sentais que malgré notre trinquette, le bateau était surtoilé, il m’a fallu être fort patient  …

Le bateau filait droit comme un « i » mais je m’inquiétais  malgré tout à l’idée d’avoir à  affaler la grand voile en de telles conditions de vent.

Comme je l’avais un peu espéré, à hauteur du chenal de la marina, l’endroit bordé de hautes falaises creusées de superbes grottes que nous avons visitées le lendemain avec l’annexe, rendit la manœuvre « acceptable ».

Comme nous sommes arrivés exactement à marée basse, j’ai embouqué le chenal avec beaucoup de prudence car les profondeurs affichées avoisinaient seulement  3 à 4 m!

Petite halte obligatoire au ponton d’accueil de la marina puis franchissement du pont pour piétons qui surplombe le chenal, et enfin  arrivée à l’emplacement qui nous avait été désigné dans le fond de la marina.

Grâce au ciel j’avais de la place pour manœuvrer mais j’ai eu bien du mal à accoster en raison d’un vent violent qui m’éloignait du ponton.

Comme Camille arrivait par l’avion du lundi après-midi, nous avons directement pris deux nuits mais à 110,00 €/nuit (bienvenue en Algarve …) nous avions décidé de ne pas nous éterniser sur place …

Mais mardi matin quand il a fallu se lever … Nous avons pris la décision de rester à la marina ! Le vent soufflait en tempête et puis surtout, nous avions un goût de trop peu : Nous avions été visités la petite ville de Lagos en soirée et nous étions encore sous son charme.

Lagos  est plutôt mignon mais c’est surtout l’animation qui y est bien présente et davantage encore en soirée.  Avec ses ruelles et petites places noires de monde, ses restaurants animés, ses divers camelots et ses nombreux artistes de rue, il  fait très bon vivre de s’y balader.

Nous avons profité de notre séjour sur place pour nettoyer le mât terriblement sali par les successives tempêtes de sable que nous avons endurées jusque là.  Le travail n’est pas trop dur en soi mais il faut oser monter dans le mât … Je dois bien reconnaître que c’était  une  première pour moi et que plusieurs fois j’ai demandé un « arrêt pipi » avant de poursuivre l’infernale montée.

Si la vue est superbe d’en haut, il m’a encore fallu un peu de temps pour m’acclimater mais  à la seconde remontée, cela allait déjà nettement mieux.  Avec un winch hydraulique, on hésite beaucoup moins à descendre pour mieux remonter ensuite …

En finale, nous resterons quatre nuits à Lagos avant  de partir pour le mouillage de l’avant-port  de Portimao.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :